Pause réglementaire sur le marché du prêt à la consommation

Nouvelles règles pour le secteur du credit a la consommation

Après 20 années marquées par de multiples réformes sur le secteur du prêt à la consommation, un rapport du cabinet Athling réclamé par l’État fait le point et suggère une pause réglementaire.

Possible « pause réglementaire » sur le secteur du crédit conso

11 lois auront été promulguées au cours des deux décennies concernant le « crédit conso », secteur souffrant d’une image négative. Elles visaient essentiellement l’amélioration de la protection des consommateurs et par extension, la lutte contre le surendettement par l’instauration d’un cadre réglementaire plus strict.

Très attendue par l’ensemble des acteurs de ce marché, l’étude tend à conclure à une pause réglementaire. Certes, elle ne l’exprime pas directement, se contentant de se prononcer en faveur d’un renforcement de l’information au public. En effet, le comité consultatif du secteur financier doit d’abord officialiser sa position. De plus, certaines mesures sont encore trop récentes pour avoir un impact mesurable.

En attendant, les prêteurs redoutent la suppression « pure et simple » du crédit renouvelable. Les conséquences d’une telle décision seraient lourdes sur les salariés des établissements de crédit à la consommation spécialisés, mais aussi sur les emprunteurs issus des classes populaires ou moyennes, totalement privés d’accès au crédit.

Quel taux pour votre projet ?

Conséquences économiques et sociales du durcissement réglementaire du secteur

Ces difficultés s’ajouteraient aux effets des lois Lagarde (2010) et Hamon (2014) et à un contexte tendu dû à un chômage important conjugué à une consommation atone. Entre 2011 et 2013, les encours de prêt à la consommation ont connu une forte décrue, la première depuis 1993, date du début de son suivi. Et malgré une récente reprise, de nombreux changements se sont opérés.

De 23,2 % des encours en fin 2007, le crédit renouvelable ne représentait plus que 13 % et se compose pour l’essentiel de sommes faibles à la durée de remboursement courte. À l’inverse, les prêts personnels sont en hausse, de même que la location avec option d’achat (LOA), en pleine croissance.

La contraction des volumes distribués a également affecté les montants facturés au client. Résultat, les établissements ont perdu quelque 6,1 milliards d’euros sur leurs revenus sur la période 2011-2014, dont 1,2 milliard pour les prêts personnels et 4,9 milliards d’euros pour le crédit renouvelable). En outre, depuis 2012, sur les 22 000 emplois du secteur, 3000 ont été supprimés, soit le quart des effectifs pour certaines sociétés.

 


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.