Retour de la croissance sur les marchés de la performance énergétique

Amelioration de la performance energetique en France

Depuis 2008, l’Ademe publie son état des lieux des marchés et des emplois sur les secteurs liés à l’amélioration de l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables en France. Pour la période 2006-2014, le bilan montre une évolution négative de tous les segments, à l’exception du bâtiment.

Les segments du bâtiment, en hausse constante

La récente étude de l’Ademe s’est intéressée à une trentaine d’activités, dont les travaux de rénovation énergétique pour les habitats dans l’ancien, la distribution d’appareils domestiques énergétiquement efficaces, l’extension des infrastructures de transports collectifs, la fabrication et la commercialisation de véhicules écologiques (classe A, hybrides, électriques), la vente d’équipements et installations spécialement conçues pour la production d’énergies renouvelables (EnR), etc.

Sur l’ensemble des 9 années, marquées par la crise de 2008, les différents marchés étudiés ont connu une évolution en dents de scie, les phases d’essor succédant aux périodes de ralentissement. Seuls ceux du bâtiment affichent une hausse constante, à un rythme annuel moyen de 940 millions d’euros.

Quel taux pour votre projet ?

Croissance des emplois, surtout entre 2006 et 2010

On observe un retour de la croissance pour l’amélioration énergétique du logement existant (+6 % entre 2013 et 2014) et les travaux d’entretien-amélioration du logement (+3,5 %) bien qu’en 2014, le recours aux dispositifs tels que le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et l’Eco-PTZ aient stagné.

Concernant le nombre d’emplois recensés, l’Ademe note une progression de 180 000 à 290 000 sur la période. Le plus gros de l’augmentation a été enregistré entre 2006 et 2010, particulièrement sur le secteur du BTP, qui a créé 66 000 emplois pour l’installation d’appareils, la réalisation de travaux sur le bâti et infrastructures de transports.

Mais la fabrication d’équipements a également été un bon générateur d’emplois avec 13 000 postes supplémentaires.

Des mesures d’accompagnement pour atteindre des objectifs ambitieux

Depuis 2015, le développement semble au rendez-vous pour tous les marchés, notamment avec la signature de L’Accord de Paris en fin 2015.

En 2014, 288 000 opérations de rénovation performante et très performante de logements privés ont été achevées. Sur les logements sociaux, l’Union sociale de l’habitat a relevé respectivement 80 000 et plus de 105 000 réhabilitations thermiques réussies en 2013 et 2014.

À l’horizon 2017, la loi pour la transition énergétique et la croissance verte (LTECV) vise l’engagement annuel de 500 000 rénovations lourdes, dont 380 000 logements privés et 120.000 logements sociaux.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux du Plan de rénovation énergétique de l’habitat, l’Ademe mise sur les mécanismes prévus par la LTECV : les plateformes régionales de la rénovation énergétique, l’assouplissent du nouveau CITE, l’Éco-PTZ, la possibilité du tiers financement, le « prêt avance mutation », ainsi que « l'embarquement » des travaux de rénovation énergétique dans le cadre d’une rénovation.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.