L’épargne de précaution, premier recours en cas de dépense non programmée

Epargne de secours

La prudence est de mise pour les consommateurs français dans un contexte économique tendu. Aussi, lorsqu’ils doivent régler des dépenses non programmées, 53 % d’entre eux préfèrent recourir à leur épargne de précaution. Seuls 11 % choisissent de souscrire un crédit conso.

Les Français doivent souvent faire face à des dépenses imprévues

Selon une enquête de l’institut de sondage CSA pour le compte de Cofidis, leur budget très serré contraint 71 % des Français à le planifier et le suivre au plus près. Malgré ces précautions, les dépassements ne sont pas rares. Les vacances, notamment, déséquilibrent les comptes pour 70 % des personnes interrogées.

En dehors de telles grosses dépenses, les imprévus mettent à mal les finances familiales. Les résultats de l’étude indiquent qu’au cours de l’année qui l’a précédée, 40 % des sondés ont dû faire faire face à une dépense inattendue. Chez les plus jeunes, ce pourcentage a même atteint 58 %.

Or, le montant de ces frais non programmés est conséquent. En moyenne, il s’élève à 1926 €, mais les femmes avancent le chiffre de 2426 €. Cependant, dans 67 % des cas, il est resté inférieur à 1000 €.

Quel taux pour votre projet ?

L’épargne de précaution est la solution privilégiée

Sur 10 personnes confrontées à ce type de situation, une seule affirme prendre les choses sereinement. 30 % des répondants disent avoir ressenti de l’angoisse et 26 %, de l’agacement. Selon 65 % des participants, cet événement leur a posé de grosses difficultés.

Pour s’en sortir, la plupart d’entre eux (53 %) ont puisé dans leurs économies (épargne de précaution). 43 % se sont serré la ceinture sur les dépenses courantes, tandis que 17 % ont sollicité un coup de pouce de leurs proches.

Les Français, en revanche, n’ont pas le réflexe du crédit, bien ancré dans la culture de nombreux autres pays développés. En effet, alors que les taux d’intérêt des emprunts se situent à des taux historiquement faibles, seulement 11 % de ménages contraints de régler une dépense imprévue ont contracté un crédit conso.

Les Français, en revanche, n’ont pas le réflexe du crédit, bien ancré dans la culture de nombreux autres pays développés. En effet, alors que les taux d’intérêt des emprunts se situent à des taux historiquement faibles, seulement 11 % de ménages contraints de régler une dépense imprévue ont contracté un prêt personnel.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.