Redressement en trompe-l’œil de l’économie britannique

Grande Bretagne

Malgré la victoire écrasante du parti conservateur de David Cameron aux législatives, la politique menée par le premier ministre britannique divise les experts. Alors que les chiffres montrent une bonne tenue de l'économie et un taux de chômage très faible dans le royaume, la situation sociale continue de se détériorer.

Un bilan mitigé

Dans un article publié récemment, The Telegraph révèle que « le taux de mortalité maternelle dans le royaume de Sa Majesté est deux fois plus élevé que dans la plupart des pays d'Europe ». Un constat qui semble contraster avec la reprise économique que le pays vit actuellement.

Comme le reste du monde, le Royaume-Uni a été lourdement frappé par la crise des subprimes de 2008, puis celle des dettes souveraines. Toutefois, la Grande-Bretagne réussit l'exploit de sortir de l'ornière plus rapidement que les autres pays européens. Pourtant, la bonne croissance de l'économie est loin de refléter la réalité sociale dans le royaume.

Un crédit à la hausse pour des travailleurs pauvres

Différentes mesures sont mises en œuvre afin de relancer la croissance (+2,6 % en janvier 2015) et réduire le taux de chômage (à 5,5 % au début de l'année).

La relance économique s’est faite à coup de « quantitative easing », ce qui a eu pour effet de fluidifier les marchés. La Grande-Bretagne reste ainsi parmi les pays plus endettés en Europe, avec un taux d'endettement médian de 140 % par habitant.

L'engouement des Britanniques pour le crédit – ce qui leur a valu la qualification de credit addict – permet en grande partie de soutenir l'économie dans le royaume.

Les prêts à la consommation, qui progressent fortement, se portent mieux que le prêt immobilier, où les banques semblent désormais plus frileuses. Ces crédits sont généralement associés à une carte de crédit, et les emprunteurs peuvent rembourser un montant minimum par mois. Pourtant, les intérêts sont devenus élevés et les ménages se retrouvent en difficulté de paiement.

The Guardian.

Par ailleurs, la réduction du chômage (5,5 % au janvier 2015) s'est faite au détriment des conditions de travail et de la comptabilité réelle des personnes sans emploi.

Dans le pays, près d'un million de personnes ont signé un contrat « zéro heure ». Ce contrat permet à l'employeur d'embaucher de nouvelles recrues sans pour autant leur garantir un travail.

Les inégalités se creusent

Grâce à la politique d'austérité, le gouvernement est parvenu à réduire sa dette à 92 % du PIB et son déficit budgétaire à 6 %.

Cependant, les inégalités se renforcent dans le pays. La baisse des dépenses publiques est insuffisante pour compenser la faible rentrée fiscale. Et avec un nombre croissant de « pauvres » et de ménages précaires qui paient trop peu d'impôts, difficile de renflouer les caisses du Trésor public.

Toujours selon The Guardian, « la politique d'austérité avait conduit à la suppression de nombreuses subventions publiques, entre autres les aides à la propriété et aux handicapés. Les gens ont vécu plus difficilement cette rationalisation poussée à l'extrême ».

Les chiffres sont alarmants : seulement 17 % des Britanniques en situation de précarité travaillent à temps plein, alors qu’un tiers des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Archives

Le meilleur taux pour votre crédit conso
Montant de votre prêt
Durée
12 ans
Je compare les taux
à la une
publicite
services
publicite
Trouver gratuitement
et en 5 minutes le meilleur
taux sur notre comparateur
crédit conso
quels taux ?
Crédit conso
En quelques minutes, comparez les meilleures offres de crédit adaptées à votre projet.
Étude
gratuite et sans
engagement
obtenez des taux personnalisées en quelques minutes
Quel taux pour votre crédit ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.