Conséquences du bond du crédit à la consommation américain

Progression du crédit à la consommation outre-Atlantique

Le crédit à la consommation aux États-Unis a enregistré une progression spectaculaire de 9,7 % et ce bond a logiquement un impact fort sur les marchés obligataires.

Le crédit à la consommation des États-Unis réalise +9,7 %

D’un point de vue conjoncturel, le marché outre-Atlantique affiche sa bonne santé si l’on considère le bond réalisé par le crédit à la consommation, dont les trois piliers sont le prêt automobile (10 milliards de dollars environ), les prêts étudiants (3,1 milliards de dollars) et les dépenses de santé.

  • Pour expliquer ce phénomène, l’industrie automobile a le vent en poupe, notamment grâce aux crédits, dont les conditions d’octroi se sont considérablement assouplies à un point tel que les analystes économiques redoutent une nouvelle bulle de « subprimes ».

De leur côté, les étudiants manquent de moyens pour financer leurs études supérieures. En effet, alors que les frais de scolarité ont considérablement augmenté, les revues de salaires et le pouvoir d’achat n’ont pas suivi. Par ailleurs, la plupart des étudiants se plaignent de ne décrocher que des petits boulots mal payés, insuffisants pour joindre les deux bouts.

Quel taux pour votre projet ?

Les marchés obligataires européens fortement impactés

Au final, il semble donc que la forte demande de crédit consommation américains soit moins attribuable à un regain d’intérêt pour la consommation qu’à l’absence de toute autre alternative.

D’ailleurs que ces emprunteurs supplémentaires appartiennent pour la majorité aux couches sociales les plus défavorisées, dont la situation reste très précaire.

Pour preuve, contrairement aux prévisions, le taux de défaut est sur une tendance haussière, 35 % des ménages emprunteurs rencontrant des problèmes pour s’acquitter de leurs mensualités.

Ce constat n’a pas empêché les marchés obligataires d’interpréter l’essor du crédit à la consommation comme une amélioration de l’économie aux USA. Conséquence, les T-Bonds se dégradent, passant à 2,50 % contre 2,47 %.

  • En effet, la hausse des taux longs aux États-Unis pousse les opérateurs à compenser en prenant leurs bénéfices sur les dettes périphériques des pays d’Europe, et les différents marchés subissent une tension.

Les « bonos » espagnols se dégradent à 2,20 % (contre 2,12 %) tandis que les BTP italiens prennent +7 points de base et atteignent 2,37 %. En France, le rendement des OAT est en repli (1,282 % contre 1,22 % lundi).


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.