Vers une alliance Nissan-LG pour la production de batteries destinées aux modèles électriques

Véhicules électriques

Nissan renonce finalement à produire lui-même les batteries destinées à sa gamme hybride et électrique, et envisage d’externaliser une partie de la production au coréen LG, déjà fournisseur de la marque au losange.

Écarter toute forme de monopole dans la production de batteries

Après avoir initialement fait le pari de produire lui-même ses batteries qui devraient équiper ses autos hybrides et électriques, par l’intermédiaire d’AESC, une coentreprise mise en place avec NEC, le japonais Nissan a décidé de faire machine arrière et envisage un partenariat avec le coréen LG.

C’est ce qu’a laissé entendre dernièrement le PDG de l’alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors des essais presse de la nouvelle Twingo, à Nantes.

  • Il a souligné que l’externalisation constitue un avantage, puisque cette alternative devrait permettre au groupe de se défaire du monopole d’un seul fournisseur.

Ce sera aussi une occasion de collaborer avec différents acteurs en phase avec les évolutions qui s’opèrent sur ce marché, notamment les banques afin de préparer des offres de crédit auto.

Quel taux pour votre projet ?

Un projet à double objectif

Selon Reuters, ce projet de s’approvisionner auprès de LG répond à deux objectifs :

  1. En relocalisant la fabrication des batteries, le groupe nippon devrait pouvoir réduire progressivement la production sur le territoire américain, plus précisément à Smyrna, et en Grande-Bretagne, à Sunderland.
  2. Ce projet d’externalisation devrait aussi permettre à Nissan de profiter d’un double approvisionnement, notamment en ce qui concerne les batteries de prochaine génération, dont la production serait concentrée sur l’un de ses principaux sites au Japon. En accélérant la production, la firme japonaise devrait ainsi pouvoir combler ses retards par rapport à ses concurrents.

LG jugé meilleur par la marque au Losange

Renault, également partenaire de Nissan dans le cadre d’une Alliance sous la houlette de Carlos Ghosn, a sûrement joué un rôle dans cet hypothétique rapprochement Nissan-LG. En effet, le géant coréen a fourni les batteries pour la majorité des véhicules de la marque au losange, en particulier pour la Zoé et la Twizzy. Rien d’étonnant donc que le groupe japonais, qui mise énormément sur la voiture électrique, ait également choisi LG.

  • Cette décision intervient également dans un contexte marqué par une surcapacité dans la production de batteries autos.

Dans un récent rapport publié par Bloomberg New Energy Finance, les usines de batteries sont en « sous-production », puisqu’elles tournent à peine à 20 % au niveau mondial, une situation qui s’explique par un ralentissement des ventes de véhicules électriques.

Autre explication, la guerre des prix que mènent les acteurs et qui mine le secteur.

Conséquence principale : l’échec de plusieurs projets/alliances sur lesquels reposaient de nombreux espoirs. C’est le cas du duo japonais Nissan-NEC qui a finalement renoncé à deux projets portant sur l’ouverture de deux sites de production en France et au Portugal, ou encore du duo franco-américain Johnson Controls et Saft, puisque les deux groupes ont finalement mis un terme à leur partenariat.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.