Mercedes accorde une confiance grandissante aux moteurs Renault

Renault va augmenter le volume de moteur livré à Mercedes

La collaboration entre Renault et Mercedes bat son plein et devrait continuer de plus belle. Le constructeur français a ainsi déjà livré plus de 70 000 moteurs à l’allemand sur le premier semestre 2014.

Plus de 70 000 moteurs livrés sur le premier semestre 2014

Des moteurs à essence destinés aux nouvelles Smart sont en cours de production en Roumanie, dans l’usine Dacia.

  • Le rythme et les capacités de production ont aussi été sensiblement révisés à la hausse dans l’usine de Cléon qui produit les blocs R9 4 cylindres de 1,6 litre.

Ce sont donc 300 000 moteurs diesel R9 – et peut-être 450 000 à terme – qui devraient sortir des chaînes de l’usine de Seine-Maritime au lieu de 200 000. Seuls 100 000 de ces moteurs sont cependant destinés au géant de Stuttgart, les autres étant réservés aux Qashqai et à l’X-Trail de Nissan, et aux Megane et Scenic de Renault.

Au regard des volumes de livraison annoncés, le volume de crédit auto devrait, sauf accident, croitre au cours des prochains trimestres.

En parallèle, Renault fournit déjà des moteurs « K9 » qui équipent la Classe A et ont été étendus à la classe B. Les K9, d’une capacité de 1,5 litre, sont produits dans l’usine de Valladolid en Espagne et équiperont aussi le crossover GLA.

Au final, ce sont pas moins de 9 modèles du constructeur allemand qui seront dotés d’un moteur conçu par les ingénieurs français, dont quatre nouveaux modèles Classe C et Vito, une voiture utilitaire, chez Mercedes, et les nouvelles Smart deux et quatre places.

Quel taux pour votre projet ?

Une véritable synergie

Si certains fans de la marque à l’étoile déplorent cette « perte d’authenticité », la collaboration entre les deux constructeurs est bel et bien appelée à durer. 70 000 blocs K9 ont déjà été livrés durant le premier semestre 2014, autant que sur toute l’année 2013.

Le géant allemand tire évidemment son épingle du jeu en s’épargnant des investissements de recherche et développement très lourds sur un segment de motorisation avec lequel il n’est pas familier. Ainsi, même si les blocs français sont « gonflés » en interne, ils conservent leurs caractéristiques principales : une consommation réduite et des émissions de CO2 faibles.

La marque au losange sort aussi gagnante de ce partenariat à travers lequel elle amortit ses coûts de recherche et fait tourner ses usines à plein régime.

Une collaboration du même type pourrait débuter avec Fiat qui envisage sérieusement de recourir également au bloc R9 pour son utilitaire Scudo.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.