Les crédits renouvelables en perte de vitesse

Crédit renouvelable en baisse

Le dernier rapport du comité chargé du suivi de la réforme révèle un recul marqué des crédits renouvelables chez les ménages. Leurs taux restent cependant assez élevés et frôlent allègrement ceux de l’usure.

Les consommateurs privilégient les prêts personnels au détriment des crédits renouvelables

Adoptée en juillet 2010, la loi Lagarde serait donc en train d’atteindre l’un de ses objectifs : faire baisser la part des prêts renouvelables – souvent incriminés comme l’un des facteurs principaux de surendettement – au profit de celles des prêts personnels. Ainsi alors qu’ils représentaient 18 % des crédits à la consommation en mars 2011, leur proportion n’était plus que de 16 % fin 2013.

Quel taux pour votre projet ?

Des taux toujours élevés

Autre facteur qui pourrait expliquer ce recul du crédit renouvelable : leurs taux. Ils sont toujours aussi élevés et généralement très proches du seuil de l’usure, en tous cas pour 30 % à 40 % d’entre eux selon les estimations du rapport. En effet, le seuil de l’usure est fixé à 20,23 % pour les crédits inférieurs à 3000 euros et à 15,12 % pour les prêts de 3 000 à 6 000 euros. Ici, il faut rappeler que la loi Lagarde ne distingue plus les taux d’usure en fonction des catégories de prêt, mais selon leur montant.

  • Ainsi un prêt personnel de moins de 3000 euros peut donc théoriquement avoir le même taux limite qu’un crédit renouvelable, même si dans la pratique le taux de ce dernier est toujours bien plus élevé.

Sur les trois premiers mois de 2014, il a également été constaté une augmentation de l’amplitude des taux sur les crédits renouvelables de mois de 3 000 euros contrairement à ce qui s’est passé pour ceux supérieurs à 3 000 euros dans la mesure où, selon le rapport : « les crédits les moins onéreux n’ont pas vu leur taux d’intérêt baisser ».


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.