Les gouvernements africains cherchent à optimiser l’accès aux soins des populations

un médecin examinant la santé d'un enfant

Si la médecine traditionnelle est l’apanage des pays africains, l’intérêt pour cette pratique se consolide actuellement. Une source provenant de l’OMS avance que ce type de soins peut permettre d’améliorer l’accès du plus grand nombre aux traitements médicaux, dès lors qu’il se base sur des procédés et des techniques scientifiques.

En Afrique, il apparaît que la densité des professionnels de santé pratiquant la médecine conventionnelle est inférieure à celle des guérisseurs. C’est ce qui ressort des recensements effectués dans des pays tels que la Zambie ou le Ghana.

C’est la raison pour laquelle de plus en plus de gouvernements font en sorte que la médecine traditionnelle fasse partie intégrante du système de santé. Même si ce dernier n’implique pas forcément une complémentaire santé, l’objectif consiste à mettre en place une protection sanitaire universelle dans les États d’ici 2030. L’idée générale est d’améliorer la santé des populations dans leur ensemble. Explications.

Un cadre normatif bien établi

Les guérisseurs fabriquent des remèdes à partir d’herbes et de plantes locales. L’OMS a instauré des outils permettant aux pays africains d’inclure la médecine traditionnelle dans le système de soins applicable à l’échelle nationale. Ils sont censés contribuer à la validation scientifique des soins réalisés à partir de plantes médicinales.

D’une manière plus globale, l’institution a mis en lumière les actions qu’elle estime prioritaires, via la mise en place d’une « Stratégie pour la médecine traditionnelle 2014-2023 ».

Au niveau national, les pouvoirs publics conçoivent une politique qui sera légitimée par la création d’un cadre légal régissant la procédure de soins. Si une quarantaine d’États est concernée, des comités nationaux de spécialistes sont formés dans la plupart d’entre eux. Ils ont pour mission de s’assurer de la qualité de la prise en charge et des produits fournis et d’apprécier les pratiques. Les experts sont aussi supposés faciliter la recherche dans le domaine.

Associer médecine conventionnelle et méthodes traditionnelles

Après avoir instauré un cadre réglementaire, les pays concernés s’appliquent à concrétiser les engagements pris. Ils doivent notamment évaluer les efforts accomplis sur la base des actions menées à l’intérieur du système de santé et des moyens spécifiquement alloués aux opérations en question.

Par exemple, le gouvernement malien s’assure que le savoir-faire des guérisseurs traditionnels est évalué avant d’être classifié et incorporé au sein du système national.

Au Sénégal, les spécialistes de chacune des disciplines collaborent pour soigner les patients. Pour mesurer l’efficacité des traitements, les médecins conventionnels mettent en observation les malades soignés grâce aux remèdes naturels.

Toujours est-il que les ménages se tournent davantage vers la médecine traditionnelle en raison de son coût et de la réputation qui s’ensuit. C’est ce qu’indique Matshidiso Moeti, qui travaille à l’OMS en tant que Directrice Afrique. Elle ajoute qu’en étant pratiqués de manière qualitative, les soins dispensés dans les territoires ruraux dépourvus de médecins conventionnels renforceront les traitements médicaux des patients.

Archives

Comparez les
mutuelles santé
Plus de 1000 formules comparées en moins de 2mn
Comparez les prix
à la une
publicite
services
publicite
Soins médicaux, optique,
hospitalisation, dentaire :
1000 formules santé comparées
en moins de 2 mn
Je trouve la
meilleure mutuelle
Mutuelle santé
Votre mutuelle santé au meilleur rapport qualité / prix
Plus de
1000 formules
Mutuelle santé
à comparer !
Comparez et trouvez la meilleure mutuelle santé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.