Immobilier : Rebond confirmé du marché immobilier dans le neuf à Toulouse

PhotoActu18032011Les statistiques de l’ObserverR de l’Immobilier Toulousain démontrent que le marché de l’immobilier dans le neuf se porte bien à Toulouse. Cet organisme qui regroupe tous les professionnels de la promotion immobilière affirme en effet que les ventes se sont améliorées au premier semestre 2013 par rapport à la même période un an plus tôt.

Des ventes meilleures qu’en 2012

Le nombre de transactions immobilières portant sur de nouveaux biens a augmenté de 38,9 % dans Toulouse intra-muros, de 25,7 % sur le territoire de la Communauté urbaine et de 19,4 % dans l’aire urbaine pendant les six premiers mois de l’année par rapport au premier semestre 2012. Patrick Saint-Agne, président de l’ObserveR de l’Immobilier Toulousain, augure que si cette tendance se maintient, plus de 5 000 ventes devraient être réalisées d’ici la fin de l’année. Cette nouvelle annonce donc déjà un bilan positif pour les promoteurs et pour les entrepreneurs dans le BTP. Du côté des prix, une baisse légère de 0,5 % a été constatée pendant le semestre, le prix moyen du mètre carré se situant autour de 3 419 euros.

La reprise du marché s’explique par la hausse d’activité des investisseurs qui veulent profiter des nombreux dispositifs qui leur accordent des mesures de défiscalisation. Par ailleurs, les particuliers qui veulent profiter des taux de crédit toujours très bas continuent d’acheter des logements dans cette métropole.

Des délais de vente plus longs

Le marché de l’immobilier neuf est certes plus actif cette année, néanmoins, les promoteurs déplorent les délais de vente qui s’allongent. En effet, il leur faut un an pour écouler un logement, et les logements de grande surface se vendent très difficilement. Ces derniers biens ne sont pas à la portée des ménages, ce qui fait que 473 appartements restaient invendus dans l’aire urbaine et 216 dans Toulouse intra-muros.

Enfin, dernière statistique dévoilée par l’ObserveR de l’Immobilier Toulousain, la hausse de chantiers arrêtés pour cause de recours de riverains ou d’abandon pour cause de projet non porteur a augmenté de 78 % pendant le premier semestre 2013 par rapport à la même période l’année dernière.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.