Crédit Immobilier : Les abus des banques rapportés par l'UFC – Que Choisir

PhotoActu04032011Depuis sa promulgation en 2010, la loi Lagarde donne aux particuliers le droit de choisir librement leur assureur lorsqu'ils souscrivent à un crédit. L'UFC - Que Choisir a néanmoins démontré récemment que les banques réussissaient toujours à imposer leur contrat d'assurance en infligeant des conditions plus lourdes sur le crédit des clients qui ne souhaitent pas « coopérer ».

L'option d'une assurance crédit indépendante, en théorie seulement

Malgré la loi Lagarde, les particuliers qui souhaitent souscrire un crédit se trouvent généralement contraints de choisir le contrat d'assurance proposé par leur banquier. L'UFC - Que Choisir affirme en effet que ce dernier arrive généralement à trouver une échappatoire pour imposer son contrat d'assurance. Par ailleurs, les 3 établissements suivants sont omniprésents sur le marché, rassemblant à eux seuls plus de 50 % des clients : Assurance du Crédit Mutuel, BNP Paribas Cardif et Crédit Agricole.

Les assureurs non-bancaires sont donc occultés par ces 3 banques à l'inverse de l'effet attendu par le législateur. De plus, le coût de l'assurance n'a cessé de monter depuis 2008.

D'après les calculs de l'association de consommateurs :

  • ces banques assureurs percevraient 2,2 milliards d'euros tous les ans sur les polices d'assurance recouvrant les risques de décès (pour une part de 69 %) ;
  • d'invalidité (27 %) ;
  • et de perte d'emploi (2 %).

Leur marge aurait même progressé, passant de 40 % environ en 2007 à 46 % cette année. Elle est même montée à 69 % chez les clients les plus jeunes.

Mettre un frein aux chantages tarifaires des banques

Près des trois quarts des sondés affirment avoir été contraintes indirectement à adhérer au contrat d'assurance proposé par leur banque en raison d'un « chantage » tarifaire. Concrètement, ils devaient se plier à leurs exigences par peur de voir une augmentation de leur taux de crédit, une prolongation du délai ou se voir infliger des charges injustifiées.

Enfin, l'Union fédérale des consommateurs dénonce le conflit d'intérêts lié au fait que le banquier est à la fois juge et partie. Il lui appartient en effet d'estimer si l'assurance alternative couvre bien les risques du crédit tout en proposant lui-même son propre contrat d'assurance.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.