Immobilier : Chute libre du nombre d'octrois de PTZ+ au premier trimestre 2013

PhotoActu20111108Le volume de PTZ+ octroyé en net recul au premier trimestre 2013
2 846, c'est le nombre de PTZ+ (Prêts à taux zéro) accordés au premier trimestre 2013 contre 10 600 en 2012 selon la SGFGAS (ou Société de Gestion du Fonds de Garantie de l'Accession sociale à la propriété). Cette chute s'explique par les réformes portées sur ce dispositif à partir du 1er janvier 2013.

Baisse constante du nombre de PTZ+ accordé

Au fil des années, le volume de Prêts à taux zéro octroyés aux particuliers n'a cessé de baisser d'une manière considérable.

  • Au premier trimestre 2013, seuls 2 846 prêts ont en effet été accordés contre 10 600 à la même période en 2012, 14 300 en 2011 et 20 400 en 2010.

Cette chute s'explique par le fait que cette aide destinée aux primo-accédants pour leur permettre de financer une partie de l'acquisition de leur résidence principale n'a cessé de faire l'objet de réformes depuis sa création. La dernière en date remonte ainsi au 1er janvier lorsque le dispositif a été recentré sur les ménages qui souhaitent acheter dans le neuf et dont le bien répond aux normes de la réglementation thermique 2012 ou BBC 2005.

Il faut cependant noter qu'il est aussi accordé pour l'achat des biens anciens sous certaines conditions.

Les différentes mesures de renforcement du PTZ+

  • Depuis le début de l'année, les conditions d'octroi du PTZ+ ont été encadrées par le plafonnement des revenus des demandeurs.
  • De plus, les modes de remboursement ont été revus à travers le différé d'amortissement à 100 %. De cette manière, les foyers ne remboursent leur prêt qu'après une certaine période pouvant aller de 5 ans à 14 ans en fonction de leurs revenus.

Les ménages les plus modestes disposent ainsi de conditions très favorables, néanmoins, ils sont souvent dans l'impossibilité de concrétiser leur achat en raison des prix immobiliers très élevés dans le neuf.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu'ils doivent encore en parallèle prévoir une autre source de financement et un apport personnel souvent conséquent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.