Immobilier : Qui sont ces étrangers qui investissent à Paris ?

baisse-immo-ancienDans leur livre Paris résidence secondaire publié chez Belin, les ethnologues Sophie Chevalier, Sophie Corbille et Emmanuelle Lallement décrivent le profil des étrangers qui possèdent un bien immobilier à Paris.

De nouveaux Parisiens venus des 4 coins de la Planète

Les trois ethnologues qui ont écrit l’essai Paris résidence secondaire lèvent le voile sur les étrangers qui possèdent un pied-à-terre dans la capitale, ces nouveaux Parisiens qui ne résident pas en permanence dans la capitale et qui ne sont pas non plus des touristes.

D’après elles, ce sont surtout des personnes qui sont fascinées par les nombreux attraits de Paris et qu’elles n’arrivent pas à trouver dans les autres capitales. Les 3 auteures ont volontairement omis d’étudier les riches étrangers qui ne sont captivés que par le luxe parisien, mais elles ont décortiqué le comportement des particuliers qui n’ont pas peur d’investir dans un petit appartement, juste pour être proches de la tour Eiffel et des commodités pour circuler librement.

Ces propriétaires étrangers aiment plonger dans le "Paris village" et se comportent comme de vrais Parisiens en achetant leur pain chez le boulanger ou en prenant leur café dans un bistrot tout en y lisant leur journal.

Des investissements étrangers qui ne font pas flamber les prix immobiliers

Contrairement aux idées reçues, ces étrangers propriétaires ne contribuent pas à faire monter les prix immobiliers en achetant un logement où ils ne passeront que quelques jours par an.

Les ethnologues admettent que certains particuliers n’hésitent pas à débourser des sommes colossales pour acheter un logement dans la capitale, mais il s’agit de biens prestigieux qui se trouvent sur les Champs-Élysées ou dans des zones très huppées comme l’île Saint-Louis.

Le phénomène est néanmoins marginal, et ils n’entrent pas en concurrence avec le pouvoir d’achat immobilier des Français moyens.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.