Immobilier : L’assurance-vie mise à contribution ?

actu courtier4Afin de remédier à la pénurie de logements et pour augmenter le nombre de nouvelles constructions immobilières, le gouvernement estime qu’il serait envisageable d’investir les sommes versées dans les assurances-vie dans l’immobilier.

Mieux motiver les investisseurs grâce à des avantages fiscaux

Le gouvernement souhaite convaincre les investisseurs institutionnels à consacrer des fonds pour l’immobilier résidentiel en leur proposant des incitations fiscales. Lors des dernières rencontres parlementaires sur l’épargne, Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget avait annoncé que l’État pourrait "privilégier des dispositions incitant à ce qu’une partie de cette épargne puisse s’investir dans le secteur immobilier".

Sur l’encours total actuel de 1 400 milliards d’euros, seuls quelques dizaines de milliards d’euros suffiraient pour venir en aide à l’immobilier. Le plus gros travail consistera donc à convaincre les assureurs qui ne demandent qu’à diversifier leurs investissements, tout étant sûrs de leur rentabilité. En effet, selon les assureurs, la construction de logement est moins attractive, car elle est moins rentable en raison du prix très élevé des terrains, principalement dans les zones dites "rouges".

De ce fait, avec un rendement de 2,5 %, les professionnels préféreront se tourner vers des activités plus lucratives. Des rumeurs circulent selon lesquelles 1 % de la collecte de l’assurance-vie sera affecté au logement. La prochaine loi sur le logement et l’urbanisme qui sera présentée au gouvernement en juin prochain devrait proposer un procédé de garantie pour couvrir les loyers impayés et une possibilité d’amortissement accéléré pour l’investisseur.

Les assureurs et promoteurs attendus à l'Elysée

La semaine dernière, le président de la République avait annoncé qu’il ferait appel aux investisseurs institutionnels afin "qu’il y ait une meilleure orientation de l’épargne pour faire de l’immobilier". Les assureurs et les promoteurs vont ainsi se retrouver de nouveau à l’Élysée au début de la semaine prochaine, pour un atelier.

Enfin, certains économistes estiment qu’il serait plus judicieux pour le gouvernement d’investir les excédents perçus sur le Livret A et le LDD avant de toucher à l’assurance-vie. En effet, les fonds recueillis sur les deux livrets avaient atteint des montants records en 2012, alors que l’assurance-vie trouvait moins de preneurs par rapport aux années précédentes.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.