Immobilier : Les solutions au mal-logement préconisées par la Fnaim

logo-fnaimLa Fondation Abbé Pierre a récemment annoncé que près de 3,6 millions de personnes étaient mal-logées en France. Ses responsables dénonçaient notamment les prix qu’elle juge trop élevés des loyers ou le nombre accru de logements vacants. Face à ce dérèglement du marché de l’immobilier, la Fédération nationale des agents immobiliers ou Fnaim propose quelques solutions au gouvernement.

Une meilleure gestion des logements sociaux

Dans un communiqué publié au début du mois, le président de la Fnaim, Jean-François Buet, présentait plusieurs mesures qui devraient permettre au gouvernement de venir au bout du problème récurrent du mal-logement. Les professionnels de l’immobilier préconisent ainsi la mise en place d’un dispositif plus performant sur l’attribution des logements sociaux.

Comme ces derniers ne représentent que 15,3 % du parc immobilier du pays, il serait donc avisé d’effectuer une "révision des plafonds de ressources pris en compte pour leur attribution", car on constate actuellement que des foyers aux revenus élevés habitent un logement social alors qu’ils peuvent aisément louer un logement sur le parc privé.

Cette délimitation des ressources faciliterait en effet l’attribution des 5 millions de logements sociaux du pays aux 60 % de particuliers qui souhaitent faire une demande de logement social. La Fnaim insiste également sur le fait que l’application du surloyer n’est pas assez efficace à elle seule pour faire monter le taux de roulement dans le parc social.

Enfin, la Fnaim a également préconisé l’adoption d’un "bail solidaire" pour permettre à des propriétaires de louer leur bien à un loyer très bas à des familles aux revenus modestes tout en bénéficiant d’avantages fiscaux grâce auxquels ils seront en mesure de compenser leur manque à gagner.

Une loi mieux adaptée qui verra le jour en juin

Une loi sur le logement et l’urbanisme est attendue en juin prochain afin de redynamiser la construction immobilière. A terme, cette loi devrait permettre au gouvernement d’endiguer tous les problèmes liés au logement. Pour finaliser le texte, le ministère du Logement va effectuer des séances de concertation avec tous les protagonistes intéressés dans l’affectation des logements sociaux.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.