Bâtiment : Les professionnels du bâtiment demandent l'allègement des normes

constructionÀ l'issue d'un groupe de travail qu'elles ont organisé ensemble, 8 associations des professionnels du bâtiment ont fait connaître une centaine de propositions visant à adapter ou à supprimer des règles et des normes dans le secteur de la construction et de l'aménagement. Grâce à ces mesures, ces organisations espèrent faire réduire le coût de construction de logements neufs ou des rénovations.

Alléger les règles et les normes pour réduire les coûts

La Fédération française du bâtiment, la Fédération des promoteurs immobiliers de France, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la Fédération des entreprises publiques locales, l'Union sociale pour l'habitat, l'Union nationale des économistes de la construction, l'Union des maisons françaises et enfin le Syndicat national des aménageurs lotisseurs se sont réunis pour proposer des solutions communes dans le but d'alléger les normes et règles qui régissent le secteur du bâtiment. Ces propositions présentées au gouvernement à travers un courrier adressé au ministère du Logement devraient faire baisser les coûts que ce soit dans la construction de nouveaux logements, la rénovation, la maintenance ou l'entretien des bâtiments.

Certes, ces professionnels affirment que les normes sont mises en place afin de garantir « l'amélioration de la qualité et du progrès dans la construction », néanmoins ils déplorent le fait que leur abondance pèse sur l'économie du bâtiment.

D'après les chiffres qu'ils avancent, la progression du nombre de règlements qu'ils doivent respecter a fait monter de 25 à 35 % le prix de revient des nouvelles constructions, et ce, de 2000 à 2011.

Dressage de l'inventaire des normes qui plombent les coûts de construction

Les principaux acteurs agissant dans le secteur du bâtiment ont dressé une liste des normes qui plombent le budget des ménages.

Il s'agit entre autres pour le neuf :

  • des réglementations thermiques 2005 et 2012,
  • de l'accessibilité aux personnes handicapées,
  • de l'acoustique,
  • de la pollution des sols,
  • de l'archéologie préventive, etc.

Dans l'ancien, il s'agit par exemple :

  • des réglementations sur l'amiante,
  • les ascenseurs,
  • la sécurité incendie
  • et des plans de prévention des risques technologiques.

Parmi leurs propositions, les professionnels demandent à un retour au « strict nécessaire ». Ils demandent ainsi à ce que l'on réduise les démarches et exigences administratives, l'installation d'une seule attestation à l'achèvement des travaux, etc.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.