Immobilier : la Fnaim veut trouver des solutions pour relancer le marché

FNAIMFace à la baisse d'activité récurrente dans l'immobilier ces dernières années, le président de la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier) a affirmé à la presse vendredi que celle-ci souhaitait être constructive pendant son congrès qui se déroule lundi et mardi. Elle devrait aussi présenter des solutions au gouvernement pour relancer le secteur.

La Fnaim aborde son congrès dans l'inquiétude

La Fnaim entame son congrès annuel dans un contexte marqué par « l'inquiétude » en raison de la baisse régulière de l'activité immobilière. Si l'on en croit son président Jean-François Buet lors de son intervention devant la presse, les professionnels de l'immobilier travailleraient dans une atmosphère d'inquiétude. Ils sont ainsi décidés à agir et à proposer des solutions au gouvernement pour remettre leur métier sur les rails.

  • La contraction actuelle du marché serait due à la prudence des particuliers du fait de leur incertitude face à la vie économique et à leurs craintes par rapport au chômage.
  • Par ailleurs, les changements récurrents sur la fiscalité et les dernières mesures qui encadrent l'immobilier ont fini par faire baisser le moral des ménages et des investisseurs.

Des solutions qui devraient soutenir l'immobilier

Pour soutenir l'immobilier, le ministère du Logement et la Fnaim vont se lancer dans des discussions pendant lesquelles cette dernière espère se faire entendre. Son président veut ainsi que aborder clairement les dispositifs qui pourraient décourager les propriétaires : le plafonnement des loyers, la mise en place de la GUL (Garantie universelle des loyers). La Fnaim va avancer des propositions sur ces points, toujours dans un but « constructif ». En effet, si les mesures qui sont instaurées effraient les bailleurs, les objectifs fixés par le gouvernement ne seront jamais atteints.

Enfin, à propos de la Gul, la Fnaim et l'assureur Galian ont émis le souhait qu'elle ne prenne pas la forme d'une taxe et qu'elle ne soit pas obligatoire.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.