Immobilier : Un premier trimestre morose pour le neuf

PhotoActu20111107Un premier trimestre morose pour l’immobilier neuf.
Entre le 1er janvier et le 31 mars 2013, le nombre de nouvelles constructions immobilières a chuté de 11,2 % d’après le ministère du Logement. Sur un an, le taux de la baisse est encore plus spectaculaire à environ 18 %. Le nombre de nouveaux permis de construire délivré a néanmoins augmenté de 5,5 % entre janvier et mars.

Des chiffres globalement en recul

Selon un rapport du ministère du Logement publié mardi, 83 929 nouveaux logements ont vu le jour pendant le 1er trimestre 2013. Il y a eu donc 11,2 % de nouvelles constructions en moins qu’à la même période en 2012 avec des reculs respectifs de -14,5 % pour l’individuel et de -5,6 % pour le collectif. Sur un an, la baisse du nombre de nouvelles mises en chantier était de l’ordre de 18 % à 335 900 unités.

Du côté des permis de construire, le volume d’autorisations délivrées a augmenté de 5,5 – passant à 129 499 – entre janvier et mars. Plus précisément, la hausse du nombre de permis accordés pour les maisons a été de 21,2 % contre 5,2 % pour les logements collectifs. Sur un an néanmoins, la baisse est de 6,2 % avec un total de 502 300.

Les causes de la baisse d’activité dans le neuf

D’après Michel Mouillart, un économiste spécialisé dans l’immobilier, la baisse du nombre de mises en chantier s’explique en partie par les nouvelles conditions d’octroi du PTZ+. Ce prêt est octroyé aux particuliers en fonction de leurs revenus et il doit servir à l’achat de leur logement principal. Par ailleurs, la disparition du Scellier qui été remplacé par le « Duflot » a quelque réduit la motivation de nombreux particuliers à construire leur maison. D’autres facteurs économiques contribuent à dissuader les particuliers comme le ralentissement économique ou la hausse du chômage.

Le secteur de l’immobilier devrait néanmoins redécoller bientôt si l’on considère la progression du nombre de permis de construire accordés pendant le trimestre. M. Mouillart estime cependant qu’il faudra être prudent, car cette hausse s’explique surtout par le renouvellement des permis qui ne répondaient pas aux dispositifs de la RT 2012.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.