Immobilier : Les hauts et les bas de l’immobilier du luxe parisien

PhotoActu20111025L’immobilier de luxe parisien a longtemps été préservé de la crise qui sévit sur l’activité. Néanmoins, les professionnels de ce segment du marché ont constaté qu’il existe des biens qui se vendent toujours très bien tandis que d’autres trouvent difficilement des preneurs.

Des prix immobiliers en baisse en raison de la crise

Depuis le début de l’année, les professionnels de l’immobilier de luxe ont enregistré près de 10 % de transactions en moins par rapport aux meilleures périodes. Les agences immobilières spécialisées expliquent ce recul par l’absence relative des investisseurs étrangers comme les Chinois, les Russes ou les Brésiliens. Les acquéreurs du Moyen-Orient comme les Qataris restent néanmoins très attirés par le luxe parisien et les Chinois commencent également à affluer sur le marché immobilier francilien.

Cependant, après l’attentisme des acheteurs en raison des prix immobiliers exorbitants, le marché pourrait bientôt se réveiller, car la tendance des prix est actuellement à la baisse. Par ailleurs, bien que la crise commence à faire sentir ses effets sur le marché du luxe, il existe des biens qui restent rarement sur le marché, car ils trouvent facilement des acquéreurs.

Ces biens qui s’écoulent toujours très bien malgré la crise

Les biens d’une valeur de moins de 2 millions d’euros sont faciles à écouler sur le marché, ce qui n’est pas le cas pour toutes les résidences dont le prix est supérieur à ce montant. Il est encore plus difficile de vendre les biens de plusieurs millions d’euros. Barnes, le leader dans l’immobilier de prestige dans la capitale a ainsi vu les prix moyens des biens qu’il écoule baisser à 1 500 000 euros en 2013 contre 1 800 000 euros en 2012.

Il faut néanmoins souligner que les logements ne présentant aucun défaut et qui se trouvent dans les plus beaux quartiers parisiens partent très vite, car, ils sont très prisés des riches investisseurs internationaux. Pour ce qui est des maisons ou des appartements présentant des « tares », les propriétaires doivent souvent consentir à baisser leurs prétentions jusqu’à parfois 20 %.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.