Immobilier : six conseils pour acheter en toute sérénité

Lassé de payer tous les mois un loyer et pressé de constituer un patrimoine ? Si comme 90 % des Français, devenir propriétaire est votre priorité numéro un, lisez bien nos conseils, indispensables pour concrétiser ce grand projet !

Évaluer son budget : la genèse de tout projet immobilier

Avant de commencer à éplucher les annonces immobilières, déterminez votre budget afin de savoir quel type de bien viser. Évaluez tout d'abord le montant de votre épargne qui pourra constituer votre apport, puis votre capacité d'emprunt. Sachez par exemple que vos mensualités ne pourront dépasser 33 % de vos revenus et que vous pourrez obtenir un crédit immobilier équivalent à 4 à 6 fois votre salaire annuel. Pour savoir exactement combien emprunter et sur quelle durée, n'hésitez pas à utiliser les calculatrices financières de meilleurtaux.com. Vous saurez ainsi par exemple qu'avec un salaire de 2 500 euros nets par mois, vous pouvez emprunter 100 000 euros sur 15 ans au taux de 5,36 % assurance incluse. Le montant de vos mensualités s'élèvera à 820 euros pour un coût total du crédit de 47 740 euros.

Bon à savoir : plus vous empruntez sur une longue durée, plus vous pourrez emprunter. Ainsi, sur 15 ans vous pourrez obtenir 3,4 fois votre revenu annuel contre 4 fois sur 20 ans.

Cibler un type de bien immobilier pour ne pas se disperser

Neuf ou ancien ? Si vous préférez le charme des moulures et des vieux planchers, mieux vaut chercher dans l'ancien. Si vous rêvez d'une immense terrasse exposée plein sud, d'un parking et refusez de faire des travaux, l'achat d'un logement neuf est à conseiller. Si l'immeuble est en construction, vous aurez une plus grande liberté de choix concernant l'aménagement des espaces. Avant d'arpenter les agences et les sites internet, définissez bien le logement que vous souhaitez en fonction de votre budget. Vous devez avoir une idée de la surface, du nombre de pièces et de l'emplacement que vous recherchez.

Notre conseil : ne négligez pas les aspects qui vont concourir à la qualité de vie comme l'exposition, les moyens de transport à proximité, les facilités de stationnement, les infrastructures (crèche, écoles, centres de loisirs et espaces verts) et la proximité et qualité des commerces. Ils seront des critères importants de valorisation de votre bien lors de la revente.

Rechercher son bien immobilier par tous les moyens

Annonces de particuliers ou agences ? Les deux ont leurs avantages... Et rien de vous empêche de les cumuler ! En France, plus d'une transaction sur deux se fait "de particulier à particulier". Si passer "en direct" vous économisera les frais d'agence (5 à 7 % du montant de la transaction), sachez que les particuliers ont tendance à surestimer la valeur de leur bien de 10 % en moyenne... En outre, ce sera à vous et à vous seul de négocier le prix de vente. Autre avantage de faire appel à une agence : elle fera tout le travail de recherche pour vous et devrait vous présenter plusieurs biens correspondant à vos attentes. Reste qu'Internet est le meilleur outil pour accéder à une multitude d'annonces et à des moteurs de recherche très efficaces !

Notre conseil : inscivez-vous aux alertes des différents sites d'annonces immobilières. Vous serez ainsi informé en priorité si un bien correspond à vos attentes.

Passer au crible l'état du bien immobilier : un gage de sécurité

Ça y est, après plusieurs visites, vous avez enfin trouvé la maison ou l'appartement de vos rêves ! Mais avant de vous décider, n'oubliez pas de vérifier certains éléments afin de ne pas avoir de mauvaises surprises : consultez par exemple les derniers avis de taxe foncière et de taxe d'habitation. Vérifiez l'état de la toiture et de la chaudière. Renseignez-vous aussi sur le montant des charges et les travaux que la copropriété pourrait vouloir engager... Cela vous évitera de devoir financer un ravalement un an après votre emménagement !

Bon à savoir : des contrôles doivent obligatoirement être effectués et financés par le vendeur et les documents les attestant fournis au plus tard à la signature de l'acte final de vente chez le notaire. Il s'agit du "métrage loi Carrez", du diagnostic amiante, de la performance énergétique, des installations électriques, de la recherche de plomb, de l'état parasitaire (termites) et de l'état des risques naturels et technologiques.

Définir le crédit immobilier adapté à ses besoins : une source d'économies

C'est le moment de vous renseigner sur le crédit que vous pouvez obtenir. Sachez que les conditions financières du prêt que les banques vont vous accorder dépendent directement de votre profil d'emprunteur (montant de l'apport, situation professionnelle...). Pour obtenir le meilleur crédit, faites jouer la concurrence ou passez par un courtier qui s'en chargera pour vous ! Une fois l'offre de prêt en main, étudiez bien attentivement le taux lui-même, l'assurance, la souplesse des remboursements, la rapidité de montage du dossier et l'adaptation à votre planning, l'éventail des services, la qualité et la disponibilité des interlocuteurs...

Bon à savoir : lorsque vous empruntez pour acheter un bien immobilier, vous devez souscrire une assurance. Le coût de l'assurance représente environ 10 % du coût total de votre crédit immobilier. En ayant recours à la délégation d'assurance, vous serez mieux couvert et pourrez économiser jusqu'à 70 % de son coût.

Signer un compromis de vente : la concrétisation du projet immobilier

Une fois d'accord sur le prix et la date à laquelle le logement sera libre, vous signez un compromis de vente chez le notaire qui vous permet de réserver le bien jusqu'à la signature de la vente définitive, environ trois mois plus tard. Une fois le compromis de vente signé, vous disposez d'un délai de rétractation de sept jours pendant lequel vous pouvez encore changer d'avis. Sinon, vous avez alors 45 jours pour obtenir un crédit.

Notre conseil : souvent, la signature du compromis de vente puis la vente définitive se font chez le notaire du vendeur... Mais nous vous conseillons vivement de venir avec votre propre notaire car cela ne vous coûtera pas plus cher, les deux notaires se partageant les honoraires. Vous devrez payer des frais de notaire variant de 7 à 9 % en fonction de la valeur du bien dans l'ancien contre 3 % dans le neuf.

Bon à savoir : au moment de signer le compromis de vente, vous devrez verser 5 à 10 % du montant de la vente pour réserver le logement. Si vous n'obtenez pas votre crédit, vous pourrez renoncer à l'achat et récupérer cette somme. En revanche, si vous changez d'avis, après le délai de rétractation, vous perdrez cette somme.

Voilà, il ne vous reste plus qu'à emménager dans votre nouveau "chez vous" !

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.