Coronavirus et économie : le secteur de l’immobilier en suspens

La France est à l’arrêt depuis le début du confinement le 17 mars. Comme d’autres secteurs, l’immobilier est affecté mais reste à savoir si l’impact est conjoncturel ou bien demande d’envisager des bouleversements structurels au lendemain de la crise sanitaire.

Des solutions au jour le jour pour un secteur au ralenti

En période de confinement, les projets d’achat, de vente ou de location doivent être mis en pause ou bien être ralentis. Aucun état des lieux, pas de visites des biens ni de signatures d’actes de vente. Face à cette situation, soit les agences et le secteur doivent arrêter leur activité, soit des outils numériques peuvent être développés pour continuer autant que possible les démarches.

2020 04 06 coronavirus et economie le secteur de l immobilier en suspens

Cette période peut être le temps d’imaginer l’immobilier de demain. Les agences ayant pignon sur rue ne feront pas nécessairement partie du paysage du futur marché. Les agents pourraient dématérialiser toutes les procédures d’étude des dossiers, mettre en place des premières visites en ligne et enfin, utiliser des calendriers électroniques pour planifier la rencontre afin de découvrir le bien. Parallèlement, les notaires ont la possibilité d’effectuer des relectures d’actes à distance ou bien mettre en place des signatures électroniques. La startup Proprioo repense par exemple déjà l’immobilier, avec des services dématérialisés et des taux de commission réduits.

Cela étant, la rencontre est nécessaire à un moment donné, la dématérialisation totale du marché de l’immobilier est impensable. Le secteur est donc à l’arrêt et quoi qu’il en soit, psychologiquement, les consommateurs ne sont pas prêts à envisager des projets de long terme à présent.

Valeur refuge ou marché délaissé : l’après-crise de l’immobilier

Si l’on constate actuellement les impacts directs du coronavirus sur l’activité économique, la crise aura également des impacts macroéconomiques sur le secteur immobilier.Certaines hypothèses suggèrent un délaissement du marché immobilier après la crise :

  • La baisse de la croissance : dans une étude rendue le 26 mars, l’INSEE indiquait qu’un mois de confinement entraînerait une baisse de 3 points dans le PIB annuel, 6 points pour deux mois. Cela laisse présager une récession de 5-6% de l’économie, à même d’affecter l’investissement dans l’immobilier.
  • La hausse du chômage mettrait également en péril les investissements dans la pierre au profit de l’épargne de précaution.

En revanche, les prévisions favorables à un investissement immobilier sont :

  • L’effondrement des taux des OAT, qui répercutant sur les taux de crédits immobiliers qui les utilisent comme référence. Une baisse de ces taux serait favorable à l’investissement dans l’immobilier et jouerait contre la préconisation de la Banque de France de resserrer l’octroi des prêts immobiliers.
  • L’inconnu collectif peut inciter les consommateurs à acheter un logement afin d’assurer une certaine stabilité dans leur avenir, comme valeur refuge.

Dans sa chronique de mars, Olivier Babeau, agrégé d'économie et Président de l’Institut Sapiens, pointait le fait que le coronavirus pourrait rééquilibrer les rapports de force entre immobilier à Paris et dans les régions. La nécessité du confinement et de l’éloignement inciterait à investir en dehors de la capitale, permettant une hausse des prix dans les banlieues et provinces. Ce potentiel futur du secteur de l’immobilier dépendra de la durée du confinement et de la crise sanitaire actuelle, mais aussi de son effet sur les populations et leurs décisions de long terme.

Auteurs : Nicolas Bouzou et Constance Péruchot

Nicolas BouzouJacques Witt SipaNicolas Bouzou est un économiste et essayiste français, il a fondé le cabinet de conseil Asterès en 2006 qu’il dirige depuis et est directeur d’études au sein du MBA Law & Management de l’Université de Paris II Assas. Il a également créé le Cercle de Belém qui rassemble des intellectuels européens libéraux et progressistes. Il est régulièrement publié dans la presse française et étrangère. Nicolas Bouzou est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages, dont le dernier, co-écrit avec Luc Ferry, a été publié en 2019 aux Editions XO : " Sagesse et folie du monde qui vient ".

à la une
publicite
services
publicite
Simple & Rapide,
faites le tour de 110 banques
en 5 mn
je dépose une demande
Crédit immobilier
En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt, sélectionnées et adaptées selon votre profil et votre projet.
Etude
gratuite et sans
engagement
OBTENEZ DES TAUX PERSONNALISÉS EN QUELQUES MINUTES !

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.