Menu Crédit immobilier

Notre analyse des taux immobiliers - Décembre 2017

Des baisses très légères

analyse des taux

Le mouvement se confirme

« Le mois de décembre ressemble aux trois mois précédents avec encore de nouveaux ajustements baissiers observés dans une grande partie des établissements bancaires » explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com

« Les baisses consenties à la fois dans des grandes enseignes mais également dans des caisses régionales varient de 0,05% à 0,10% » ajoute Maël Bernier. Du côté des excellents dossiers, quelques légers ajustements à la hausse sur les durées courtes principalement.

Taux moyens constatés au 5 décembre 2017 :

1,46 % sur 15 ans (-0,03% par rapport au mois dernier)
1,67 % sur 20 ans (=)
1,90 % sur 25 ans (=)

Taux longue durée - National

 15 ans20 ans25 ans
Excellent  1,10 %  1,21 %  1,46 %
Très bon  1,30 %  1,43 %  1,67 %
Bon  1,55 %  1,67 %  1,90 %

Taux courte durée - National

 7 ans10 ans12 ans
Excellent  0,45 %  0,69 %  1,06 %
Très bon  0,79 %  0,93 % 1,15 %
Bon  0,95 %  1,08 %  1,35 %

Source Meilleurtaux.com - Taux moyens hors assurance

La détente sur le marché interbancaire se confirme

Depuis la fin de l’été, les OAT sont nettement orientées à la baisse et retrouvent aujourd’hui des niveaux équivalents à ceux que nous avons connus en octobre 2016 ; ces niveaux très bas autour de 0,55% permettent aux banques de profiter d’un niveau de marges confortable tout en offrant aux emprunteurs des taux très bas et même plus bas qu’il y a quelques mois.

OAT 2017 1205

Évolutions à venir ?

Nous n’attendons pas d’importantes évolutions dans les semaines qui viennent, « trêve des confiseurs » oblige.

Cependant, les prévisions pour la rentrée sont plutôt positives et pour plusieurs raisons :

  • les taux directeurs sont bas,
  • certains établissements bancaires s’organisent et se professionnalisent afin d’être encore plus efficients dans la distribution des crédits,
  • ce qui va par effet de ricochet entraîner une plus vive concurrence entre les établissements, les parts de marché à gagner étant notables.

D’autre part, le marché immobilier a été particulièrement dynamique en 2016 et encore plus en 2017, or dans certaines grandes villes, si les taux venaient à remonter, cela pourrait entraîner un blocage que personne et surtout pas les établissements bancaires ne souhaitent.

Dans ce contexte, des taux toujours bas pour la rentrée avec peu de menaces haussières.

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top