Menu Crédit immobilier

Notre analyse des taux immobiliers - Mai 2015

Des taux encore en (légère) baisse ...

analyse des tauxDes taux toujours en baisse au mois de mai

Les taux moyens des crédits aux particuliers enregistrent de nouvelles baisses modérées dans le courant du mois de mai. Les taux moyens affichent en effet de nouveaux records à 2% sur 15 ans, 2,23% sur 20 ans et restent stables sur 25 ans. « Les moyennes observées sont donc toujours en baisse, preuve que la tendance dominante en mai dans les établissements bancaires était bien baissière » remarque Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. « Concernant les taux réservés aux meilleurs dossiers, ils bénéficient également d'un mouvement baissier mais encore plus marqué que pour les moyennes avec des taux désormais largement inférieurs à 2% y compris pour la durée 25 ans » selon Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

2,00 % sur 15 ans (-0,06 %)
2,23 % sur 20 ans (-0,05 %)
2,60 % sur 25 ans (=)

Source Meilleurtaux.com - Taux moyens hors assurance

Taux longue durée - National

 15 ans20 ans25 ans
Excellent 1,50 % 1,69 % 1,97 %
Très bon 1,75 % 2,00 % 2,41 %
Bon 2,00 % 2,22 % 2,57 %

Taux courte durée - National

 7 ans10 ans12 ans
Excellent 1,00 % 1,20 % 1,45 %
Très bon 1,33 % 1,50 % 1,64 %
Bon 1,60 % 1,78 % 1,91 %

Source Meilleurtaux.com - Taux moyens hors assurance

Une remontée des taux directeurs depuis début mai sans effet réel sur les marges interbancaires

taux moyens 20 ans

« Si la marge interbancaire s'est réduite très légèrement depuis le début du mois de mai, sous l'effet de la hausse des OAT notamment, elle reste significative » explique Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com « Il n'est dont pas totalement étonnant que les taux soient restés aussi bas et aient même continué de baisser dans certains établissements » ajoute-t-il.

« Si la hausse récente des taux directeurs met un terme à la baisse intervenue ces derniers mois, il ne faut pas tomber dans le scénario catastrophe que certains semblent évoquer ; nous continuons en effet d'opter à court terme pour un scénario quasi-général de stabilisation des taux » anticipe Maël Bernier.

« Cependant, si certaines banques choisissent de remonter leurs barèmes dans les semaines qui viennent, ce serait plus dans le but de limiter la charge de travail dans les équipes d'étude et de back-office, qu'une répercussion directe d'un taux de refinancement plus élevé. Il nous appartient alors à nous, courtier, d'orienter nos clients vers les banques les mieux positionnées en fonction de la priorité : le taux, et/ou la rapidité de mise en place » conclut-t-elle.

 

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top