Menu Crédit immobilier

Notre analyse des taux immobiliers - Juin 2014

analyse des tauxLe mois de juin a confirmé les taux toujours exceptionnellement bas avec une stabilisation quasi-générale des barèmes et quelques baisses encore observées.

Taux directeurs au plus bas : aucun signe de hausse en vue

Le mois de juin a été marqué par une relative stabilité des taux avec néanmoins quelques baisses encore enregistrées. « Sur l'ensemble de nos partenaires bancaires, 75 % ont maintenu leurs barèmes inchangés quand 25 % ont appliqué de nouvelles baisses et nous n'observons aucune hausse », remarque Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

Sur nos barèmes, les taux fixes moyens sont donc toujours orientés très légèrement à la baisse avec 2,81 % sur 15 ans (baisse 0,04 %), 3,00 % sur 20 ans (en baisse de 0,05 % par rapport au mois dernier) et 3,37 % sur 25 ans (baisse 0,03 %).

« Le mouvement baissier tend à se modérer depuis quelques semaines, cependant, nous restons dans un contexte de taux exceptionnellement bas sans aucun signe de frémissement haussier prévu ou annoncé » ajoute Maël Bernier, Directrice de la Communication de Meilleurtaux.com.

Les taux des crédits aux particuliers marquent donc des records, suivant ainsi à la lettre les OAT 10 ans (1,61 % au 27 juin 2014) qui ont littéralement balayé les planchers atteints en mai 2013.

Les taux variables sont également stables, à des niveaux insuffisants pour présenter un intérêt pour les futurs emprunteurs. « Cependant les solutions à taux semi-fixes, qui se situent en moyenne un demi-point en dessous des taux fixes classiques pour un même dossier, ne sont pas dénuées d'avantages notamment pour les primo-accédants qui vont revendre assez rapidement, avant la mise en place de la période à taux variable », rappelle Maël Bernier.

La fin des taux bas : ce n'est pas maintenant !

Alors qu'en 2012 et 2013 les marchés anticipaient une hausse des taux longs, de plus en plus d'analystes considèrent désormais comme probable de voir se prolonger durablement la période actuelle de taux bas. Certains vont jusqu'à évoquer pour l'Europe un scénario à la japonaise. Comme le rappelait la Banque Centrale Européenne le 6 mai dernier : « We are not finished yet ! ».

« Les éléments plaidant pour le maintien des taux bas sont en effet nombreux : l'environnement macro-économique reste déflationniste et les Etats, fortement endettés, ont un intérêt évident à maintenir des taux bas pour minorer le coût de leur dette et soutenir leur économie », explique Hervé Hatt.

Dans ce contexte, la perspective des taux durablement bas est favorable aux emprunteurs car cela continue d'améliorer l'accessibilité au crédit et augmente le pouvoir d'achat.
En revanche, ces taux bas contribuent à soutenir les prix de l'immobilier, mais l'environnement économique morose constitue à contrario un facteur baissier.

Evolution de l'OAT en Juillet 2014

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top