Menu Crédit immobilier

2015, le bon moment pour acheter selon les français

Meilleurtaux vous livre les résultats d'un sondage réalisé* entre le 19 et 23 décembre 2014 sur un échantillon représentatif de 1 048 personnes : intentions d'achat, politique bancaire, aides à l'accession, réforme notariale notamment.

 2015, le bon moment pour acheter selon les français

 

La pierre toujours une valeur refuge

Premier enseignement de cette étude, les Français considèrent, pour 78 % d'entre eux, que la pierre est un placement sûr. Parmi eux ce sont les Parisiens et les habitants de la région parisienne qui en sont les plus convaincus à 82 % dont plus de 30 % « tout à fait » ; A contrario, seuls 17 % des habitants des communes de 2 000 à 19 999 habitants déclarent considérer « tout à fait » la pierre comme un placement sûr.

« Cette différence d'appréciation selon le lieu de résidence et notamment la taille des communes peut s'expliquer assez simplement par le prix de la pierre. Ainsi, plus les prix de l'immobilier sont élevés, plus les acheteurs ont le sentiment d'investir dans un placement sûr », explique Maël Bernier. « A contrario, les habitants des endroits où les prix de l'immobilier ont déjà fortement chuté sont moins convaincus par l'investissement immobilier » ajoute-t-elle.

 

Par ailleurs ce sont les cadres et les professions intellectuelles supérieures qui revendiquent le plus leur foi dans la pierre avec 90 % de convaincus pour 71 % chez les ouvriers.

2015 : le bon moment pour acheter

Plus de la moitié des personnes interrogées le pensent (55 %), pour 45 % qui considèrent qu'il vaut mieux attendre au moins l'année 2016.

Cependant, si 64 % des CSP+ considèrent 2015 comme la bonne année, les CSP– sont un tout petit peu plus mesurées avec 49 %.

Parmi ceux qui ont un projet immobilier en 2015, ils sont près de 90 % à considérer 2015 comme la bonne année, et 48,5 % de ceux qui ont un projet en 2016 ou plus tard considèrent tout de même 2015 comme la bonne année pour acheter.

  • Au total, 12 % des personnes interrogées envisagent d'acheter en 2015.

Des prix stables tout comme leur situation financière personnelle

Ils sont plus de 50 % à penser que les prix vont se maintenir aux niveaux actuels, pour 35 % qui croient à une baisse et seulement 14 % qui parient sur une hausse des prix.
Parallèlement, seuls 13 % pensent que leur situation financière va s'améliorer et près de la moitié parient sur un statu-quo par rapport à 2014.

A noter cependant que 38 % des personnes interrogées envisagent une détérioration de leur situation personnelle.

Des français très critiques par rapport aux mesures prises par le gouvernement concernant le logement

71 % pensent par exemple que la politique actuelle n'incite pas à l'investissement locatif et près de 60 % pensent que les politiques successives mises en place au cours des 15 dernières années n'ont pas servi.

Le prêt à taux zéro largement plébiscité

Si les Français sont très critiques, il existe cependant un dispositif qui malgré de nombreux aménagements au cours des dernières années continue de rencontrer une large adhésion, en l'occurrence le prêt à taux zéro.

  • En effet, près de 70 % des personnes interrogées le considèrent comme un élément facilitant l'accession à la propriété.
  • Ils sont 32 % à le citer comme accélérateur de leur projet s'il était rétabli pour déclencher l'achat en 2015.
  • Enfin ils sont 87 % à souhaiter son retour (sans en préciser toutefois les modalités).

La baisse des honoraires des notaires : un non-sujet

S'ils sont plus de 73 % à déclarer savoir qu'une loi envisage de diminuer les honoraires des notaires, ils se montrent clairement sceptiques quant à sa réelle efficacité. En effet, 58 % considèrent que cela ne changera rien car ce ne sont pas les honoraires des notaires qui sont responsables de l'accès au crédit immobilier.

Des taux toujours très bas

66 % pensent qu'ils vont se maintenir au niveau actuel, 17 % pensent qu'ils vont encore baisser et 17 % seulement croient à une hausse.

Les banques jugées assez frileuses mais des différences selon les tranches d'âge

En matière d'octroi de crédit immobilier, 56% des personnes interrogées considèrent que les banques ne prennent pas assez de risque et devraient accorder plus de crédit immobilier.

« Il est intéressant de noter que plus les répondants sont âgés, plus leur jugement sur les banques est sévère. Ainsi les 65 ans et plus considèrent à 65 % que les banques ne prennent pas assez de risque pour « seulement » 47 % des 25/34 ans qui pour leur part jugent la politique d'octroi de ces dernières en matière de crédit immobilier à 48 % plutôt équilibrée » remarque Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

Les Français prêts à changer de banque pour concrétiser leur projet immobilier

Pour réaliser leur projet immobilier, 63 % des personnes interrogées se déclarent prêt à changer de banque.

Pour ce dernier item, les réponses sont notamment variables selon les tranches d'âge. Ainsi les 65 ans et plus se disent prêts pour 42 % d'entre eux, mais les 25/49 ans envisagent cette solution dans près de 75 % des cas.

« De quoi interpeller les banques quand on sait que l'emprunteur moyen est âgé de 37 ans, et rentre donc directement dans cette catégorie » conclut Maël Bernier.

*sondage réalisé par l'institut Opinionway.

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top