Menu Crédit immobilier

Imposition des revenus locatifs - Imposition des revenus locatifs meublés

SOMMAIRE

Les loyers que vous percevez sont imposés comme des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). Ils s'ajoutent à vos autres revenus pour former votre revenu global imposable.

Selon le montant des recettes perçues vous êtes soumis à différentes formes d'imposition :

  • Exonération : dans le cas de la location d'une pièce de sa résidence principale
  • Régime micro-BIC ou micro-foncier : ce système de déclaration simplifié s'applique de façon automatique, sauf choix contraire, aux bailleurs qui perçoivent moins de 15 000 € de revenus fonciers par an. Après que le propriétaire a reporté ce montant sur sa déclaration de revenus, l'administration fiscale applique un abattement forfaitaire de 30% (correspondant aux frais et charges en tant que propriétaire) et soumet au barème progressif 70% de ce revenu foncier brut. Aucune charge ne peut plus être imputée puisque le bailleur bénéficie d'un abattement forfaitaire global. Mais les déficits fonciers passés non encore reportés peuvent être imputés sur le revenu foncier net du contribuable, calculé après l'abattement.

Le conseil du courtier
Le régime micro-foncier peut parfois être intéressant pour les « petits » investisseurs locatifs, qui auraient acheté un bien sans faire ni emprunt ni travaux, mais les charges déductibles dépassent rapidement 30% des loyers en matière d'immobilier locatif.

  • Régime réel simplifié : vous pouvez déduire toutes vos charges (intérêts, travaux, entretiens, frais de gestion, prix d'achat du logement...) et créer un déficit foncier (par ex. lorsque vos charges sont supérieures à 71 % de vos recettes et dépassent l'abattement forfaitaire).
Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top