Menu Crédit immobilier

Location saisonnière : mode d'emploi

location saisonniere

Vous êtes propriétaire et souhaitez mettre votre bien en location pour les vacances. Il s'agit alors d'une location dite saisonnière. Voici les éléments principaux à connaître en la matière.

Qu'est-ce qu'une location saisonnière ?

Une location saisonnière est une location de vacances. C'est-à-dire que le propriétaire loue le bien pour une courte durée, non renouvelable. Le plus souvent, les propriétaires se lancent dans ce type de location pour avoir un complément de revenus. 

Une opération d'autant plus intéressante que les particuliers sont de plus en plus intéressés par ce type de tourisme et recherchent donc un hébergement touristique type location saisonnière auprès d'un particulier.

Ceux qui souhaitent développer cette activité peuvent obtenir le classement en meublé touristique de leur logement, en faisant une demande auprès de la chambre locale de l'UNPI (Union locale de la propriété immobilière). Dans tous les cas, la location doit être ponctuelle, ne doit pas excéder 90 jours et ne pas être renouvelée.

La réservation

Lorsqu'une personne souhaite réserver un bien pour une location saisonnière, il contacte le propriétaire, ou son représentant, qui doit lui transmettre un descriptif complet du logement.

Celui-ci détaille les équipements, le mobilier, l'environnement, les pièces à disposition et bien entendu les conditions financières de cette location. Cet échange se fait avant la signature du contrat de location.

Les parties se mettent ensuite d'accord sur la durée de la location, les jours d'arrivée et de départ... Le contrat est le plus souvent signé le jour de l'arrivée.

L'avance

Pour finaliser la réservation, le propriétaire peut réclamer une avance financière. Celle-ci peut être soit des arrhes, soit un acompte.

  • Si ce sont des arrhes, le locataire peut annuler, mais il perd alors la somme d'argent avancée.
  • Si c'est le propriétaire qui annule, il doit alors verser le double de cette avance au locataire.
  • Par contre, si c'est un acompte, le locataire ne peut pas annuler, sous peine de devoir payer la totalité de la somme.

Lorsque le propriétaire annule, le locataire peut réclamer des dommages et intérêts. Le montant de cette avance est fixé librement, sauf si le propriétaire fait appel à un agent immobilier pour gérer cette location saisonnière. Dans ce cas, l'avance ne peut pas dépasser un quart du prix total et ne peut pas être demandée plus de 6 mois à l'avance.

Le contrat de location

Le contrat de location saisonnière doit détailler plusieurs éléments : le prix total et les éventuelles charges, la durée de la location, le descriptif, les états des lieux en annexe.

Le contrat ne doit bien entendu pas contenir de clauses abusives. Celles-ci sont listées par la Commission des clauses abusives.

Le descriptif établit par le propriétaire et fournit avant la signature, ainsi que dans le contrat, doit correspondre à la réalité du bien. S'il ne correspond pas, le locataire a deux possibilités.

  • La première consiste à réclamer une diminution du prix de la location.
  • Si le propriétaire refuse, le locataire a alors une seconde option, saisir la DGCCRF qui enquêtera pour régulariser cette fraude.
Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top