Menu Crédit immobilier

Rentrée fiscale en Touraine. Décryptage

Malgré l’annonce de Bercy de baisser l’imposition des ménages en 2014, la pression fiscale continue de s’alourdir, comme en témoigne la hausse des droits de mutation dans la plupart des départements. Touraine fait ainsi partie de ces régions les plus touchées par l’inflation fiscale ; une situation qui ne manque pas d’attiser la colère des Tourangeaux.

En Indre et Loire : la fiscalité directe est en hausse

Dans la région de la Touraine, en particulier dans le département de l’Indre-et-Loire, la fiscalité a tendance à évoluer, mais pas forcément dans le bon sens. Ce que regrettent d’ailleurs de nombreux contribuables.

Le budget du département pour l’exercice 2015 est fixé à 584,525 millions d'euros, dont plus de la moitié sera constituée des impôts locaux, à hauteur de 353,584 millions. Viennent s'y ajouter les concours financiers de l’État, de l’ordre de 138,364 millions.

La taxe professionnelle (TP) ayant été abrogée, le département, qui est libre d’augmenter ou de réduire son taux selon son bon vouloir, perçoit uniquement la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Le département peut recevoir, à la place de la TP, des compensations, à savoir un transfert d'impôts perçus par l'État ou des dotations budgétaires invariables dans le temps.

En Indre-et-Loire, les impôts directs constituent à peu près le tiers des recettes de fonctionnement. En l’espace d’un an, la fiscalité directe du département est passée de 178,7 millions à 181,4 millions d’euros, soit une hausse de 1,55 % (2,7 millions).

Pour 2015, le département prévoit une hausse de 1,5 % du taux de sa taxe foncière sur le bâti, ce qui constitue une rentrée supplémentaire de 1,5 million d’euros dans les caisses publiques en Indre-et-Loire.

Les impôts directs ne sont pas en reste

Le taux des droits de mutation, souvent appelés à tort frais de notaire, est également revu à la hausse à 4,5 %, contre 3,8 % un an plus tôt. Ces taxes perçues lors de la vente d'un bien immobilier atteindront à peu près 62 millions cette année, contre 59 l’année dernière. Cette hausse se maintiendra au-delà de 2016, au grand dam des futurs candidats à l’accession.

Quant à la fiscalité indirecte locale, elle grimpe de 2,52 % (+ 4,2 millions) pour atteindre un total de 172,2 millions. Celle-ci se compose non seulement des droits de mutation, mais également des taxes dites "transférées", des impôts sur la consommation des produits énergétiques ou encore des contrats d'assurance (28,8 millions) et des taxes sur l’électricité.

Crédit immobilier
Etude gratuite et sans engagement

En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt, sélectionnées et adaptées selon votre profil et votre projet.

Obtenez des taux personnalisés en quelques minutes !

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top