Menu Crédit consommation

Des fintechs étrangères tentent de se positionner en France

Fintech sur mobile

Le paysage français du prêt participatif accueille un nouvel acteur : Bondora. Originaire de l’Estonie, cette plateforme est présente en France depuis le mois de septembre. Bondora propose aux investisseurs français de placer leurs argents dans des crédits à la consommation distribués dans divers pays de l’Europe comme l’Espagne, l’Estonie ou encore la Finlande. Raisin, une autre plateforme d’investissement étrangère qui a récemment mis un pied en France admet que la conquête du marché hexagonal n’est pas facile.

À la conquête du marché français du prêt participatif

En marge du Lendit Europe, le salon qui réunit les acteurs du prêt en ligne, la plateforme estonienne déclare avoir octroyé plus de 100 millions d’euros de crédits à la consommation et conquis quelque 29 000 investisseurs depuis son lancement en 2007.

Important Pour financer son développement, elle a reçu en 2015 un fonds de 5 millions de dollars du hedge fund Valinor Management.

Depuis son déploiement en France, elle déclare avoir conquis plus de 300 clients. Selon Pärtel Tomberg, son directeur général,

Nous sommes dans une phase pilote.

Pärtel Tomberg.

S’exprimant sur les perspectives de développement de la plateforme, le dirigeant se montre très prudent.

La plus grosse difficulté c'est de rendre les gens confiants dans un service en ligne
Notre acquisition de clients repose pour beaucoup sur les recommandations personnelles, cela prend quelques années pour émerger. Plus vous allez dans le sud de l'Europe, plus l'appétit [pour des produits comme les nôtres] diminue.

, explique le dirigeant. Ce dernier n’a pas manqué de souligner un constat en précisant que


Un marché difficile à conquérir

Bondora n’est pas la première plateforme à vouloir distribuer des produits d’investissement au-delà de ses frontières. La fintech allemande Raisin, lancée en 2013, propose ses services dans l’Hexagone depuis 2016. Elle offre aux épargnants français la possibilité de placer leur argent sur des comptes à terme dans des établissements bancaires européens.

À la fin du mois dernier, la fintech est parvenue à capter plus de 90 000 consommateurs qui ont investi plus de 4,3 milliards d'euros. La plateforme n’a pas souhaité communiquer des chiffres sur son portefeuille français, mais son patron, Tamaz Georgadze, avoue qu’elle ne représente qu’une « petite partie » de sa clientèle. Selon lui, le développement de la plateforme en France ne satisfait pas réellement ses espérances.

Il s'est avéré très difficile sur le marché français de concurrencer le Livret A. Nous offrons des taux [de rendements] nominaux supérieurs, mais le Livret A est défiscalisé. Notre produit est une bonne solution pour les personnes qui ont des économies au-delà du plafond du livret.

Tamaz Georgadze, indique le patron de Raisin.

Archives

Crédit conso
Réponse de principe immédiate

Auto, travaux, prêt personnel... En quelques minutes, comparez les offres de crédit.

Comparez les offres de crédit, quelques minutes suffisent
Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top