Menu Crédit consommation

L'explosion des prêts rapides au Québec

 Monnaie et drapeau canadiens

Au Québec, le nombre de courtiers qui proposent des prêts en moins de 24 heures a explosé depuis 5 ans. À défaut d’une « règlementation contraignante », certains établissements proposent des prêts dont les taux excèdent les 300 %. D’autres promettent même, en moins de 30 minutes, de donner une réponse aux demandes. Actuellement, cette province canadienne compte 185 prêteurs d’argent, ce qui représente 50 % de hausse en 5 ans.

Des frais de 350 dollars pour 750 dollars de prêt

Selon le Journal de Québec, « il suffit simplement d’aller sur internet pour pouvoir constater la croissance de l’industrie des prêts personnels au Québec. Pourtant, plus de 1/3 de la population québécoise subsistent d’une paie à l’autre ».

Le JdeQ souligne également que :

dans leurs annonces alléchantes, ces entreprises mettent sous silence certaines informations, notamment les honoraires qu’elles touchent. Ce qui constitue un problème. Pourtant, ces frais peuvent aller jusqu’à 350 dollars pour un crédit de 750 dollars.

JdeQ.

Alors qu’il faut savoir qu’au Québec,

le taux d’intérêt acceptable est de 35 % pour un prêt personnel et que le taux usuraire est de 60 %.

Le président du bureau de syndic Jean Fortin et Associés, Pierre Fortin, rappelle que c’est l’Office de la protection du consommateur (OPC) qui délivre les permis de prêteurs d’argents. L’OPC est également en charge de l’encadrement de cette industrie lucrative. Le porte-parole de ce dernier, Charles Tanguay, soutient que

l’OPC a contrôlé 75 détenteurs de permis et a émis 22 avis d’infraction.

Charles Tanguay.

Encadrer le secteur avec une nouvelle loi ?

Néanmoins, au printemps dernier, le gouvernement québécois a déposé le projet de loi 134. Si ce projet est adopté, comme le note le JdeQ, les établissements de prêt d’argent vont devoir respecter des règles plus strictes comme : respecter les ratios d’endettement des emprunteurs lors de l’accord de prêt et mener une enquête de crédit sur ces derniers.

En outre, si le prêt émis dépasse la capacité de remboursement du consommateur, ce dernier pourra faire annuler son contrat. Du côté de l’établissement prêteur, ce dernier facturera les frais courants d’intérêt sur un prêt, en excluant les frais de courtage.

Archives

Crédit conso
Réponse de principe immédiate

Auto, travaux, prêt personnel... En quelques minutes, comparez les offres de crédit.

Comparez les offres de crédit, quelques minutes suffisent
Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top