Menu Crédit consommation

Les trentenaires québécois sont financièrement mal préparés pour la retraite

 tirelire maintenu sur des mains

Au Québec, d’après une étude de la Banque TD, les « xéniaux » (ayant entre 34 et 40 ans) disent être dans l’incapacité d’épargner en vue de la retraite. 70 % des personnes appartenant à cette catégorie de la population affirment ainsi avoir la volonté de mettre davantage d’argent de côté, mais sont freinés dans cette démarche par l’importance de leurs dépenses courantes.

Les charges quotidiennes empêchent les « xéniaux » d’épargner

Pour près de 7 « xéniaux » sur 10 (68 %) avouent avoir des difficultés à économiser pour leurs vieux jours tout en faisant face à leurs obligations financières au quotidien. 62 % des personnes interrogées citent en priorité leurs charges fixes.

Les mensualités rattachées aux cartes de crédit et aux prêts personnels suivent, mentionnées par 50 % des sondés, devant les versements hypothécaires (34 %). Sont également évoqués les frais d’entretien du logement (25 %), les coûts de garde d’enfants (19 %) et le règlement d’un prêt étudiant (15 %).

Dans le cadre de l’étude, les enquêteurs ont par ailleurs demandé aux consommateurs s’ils pensent être suffisamment âgés pour se préoccuper d’accumuler un capital pour leur retraite. Si 42 % appartenant au groupe des 18-34 ans s’estiment trop jeunes, 84 % des 34-40 ans considèrent qu’il est effectivement grand temps pour eux de s’y mettre.

Les « xéniaux » sont incertains ou mal préparés pour la retraire

D’après Statistique Canada, 72,2 % des foyers où le principal pourvoyeur de revenu a entre 35 et 44 ans sont titulaires d’un régime soit d’épargne-retraite soit de retraite agréé, ou encore d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Mais la plupart d’entre eux ne parviennent pas à l’alimenter autant qu’ils le souhaitent.

Le sondage de la TD confirme cette affirmation. 84 % des « xéniaux » québécois disent en effet qu’ils n’ont pas encore commencé à cotiser, mais projettent de le faire dans les cinq ans, ou d’augmenter leur cotisation.

Important Résultat, 52 % d’entre eux se disent aujourd’hui incertains quant à leur retraite, tandis que 43 % reconnaissent être mal préparés.

Les conclusions de l’enquête montrent en outre que le reste de la population québécoise partage les préoccupations des plus jeunes. Par exemple, 59 % des Québécois affirment, comme 62 % des « xéniaux », que leurs charges mensuelles représentent un frein à l’épargne.

Quelques conseils pour épargner davantage

Pour Émile Khayat, directeur de succursale à la TD, même s’il n’est pas aisé pour la plupart des personnes de jongler avec leurs engagements financiers, il existe des mesures simples pour parvenir à se constituer un pécule en vue de la retraite.

Il recommande notamment aux consommateurs d’adopter des produits de retraite mieux adaptés à leurs moyens.

Par exemple, une épargne-retraite ou un CELI permet de ne faire que des petits versements hebdomadaires ou mensuels, ce qui évite de mobiliser un montant important.

Une revue de leur budget est par ailleurs conseillée afin d’éliminer dépenses superflues.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top