Menu Crédit consommation

Les crédits « subprimes » prennent des proportions inquiétantes aux États-Unis

Un tas de billets en dollars

Aux États-Unis, les crédits « subprimes » font partie des éléments qui ont été mis sur le banc des accusés lors de la crise économique de 2008. Ces prêts accordés à des personnes non solvables sont encore aujourd’hui largement répandus, ce qui a conduit la Réserve Fédérale de New-York à tirer la sonnette d’alarme pour tenter de freiner le phénomène.

Les crédits « subprimes » : une spécialité américaine…

Important Les crédits « subprime » sont à l’origine des prêts immobiliers concédés à des emprunteurs à la limite de la solvabilité ou qui sont déjà insolvables.

Ils ont été particulièrement populaires aux États-Unis il y a de cela une dizaine d’années.

La propension des américains à s’endetter avec les crédits à la consommation et le recours massif à ce type d’emprunt a d’ailleurs conduit à l’une des plus grandes crises économiques, notamment lorsque la majorité des prêts n’a plus été remboursée. Ces prêts immobiliers ont cessé d’être accordés en 2008.

Après l’immobilier, la vente d’automobiles

Aujourd’hui, ce sont les crédits auto qui font parler d’eux.

23 millions d’américains ont acquis leur véhicule avec un crédit « subprime ». D’ailleurs, ils représentent près du quart des prêts auto aux États-Unis. Bon nombre d’emprunteurs sont désormais incapables de rembourser leur crédit.

Le plus inquiétant dans cette situation est que ce sont les fabricants et les concessionnaires qui accordent les crédits. Or, ce ne sont ni des banques, ni des organismes financiers. Ils ne sont donc pas soumis à la règlementation relatives aux activités de ces derniers, de sorte qu’il sera encore plus difficile d’enrayer les conséquences de ces opérations dans le cadre de ce qui est appelé le « shadow banking ».

Une autre crise mondiale serait-elle à redouter ?

Les effets des difficultés du recouvrement de ces dettes sur l’économie américaine pourrait encore toucher l’économie mondiale. La Réserve Fédérale a lancé l’alerte d’autant plus que les ménages américains sont de plus en plus endettés.

La menace d’une autre crise est certes présente, mais il n’y a pas urgence. D’autres éléments sont plus à surveiller comme le taux de chômage élevé en France, la faiblesse du système bancaire italien et autres risques géopolitiques, etc.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top