Menu Crédit consommation

Les bonnes performances pour le marché du crédit à la consommation canadien

 pièces et billets canadiens

Au Canada, sous la pression du ralentissement économique et de la hausse des taux d’intérêt, les performances du marché des prêts à la consommation devraient diminuer. Malgré ce contexte plus difficile, TransUnion conclut dans son dernier rapport sur l’industrie canadienne que le taux de défaut de paiement par les consommateurs sur la plupart des produits de crédits restera stable en 2008 par rapport à cette année.

Stabilité des taux de défaut de paiement graves en 2018…

En 2018, les taux de défaut de paiement graves des ménages canadiens devraient se maintenir à leurs niveaux de 2017. Pour rappel, ce sont les retards de paiement supérieurs à 90 jours pour les cartes de crédit et dépassant 60 jours pour les autres produits.

Concernant les dettes non hypothécaires, l’augmentation au dernier trimestre serait de 5,65 % (+2 pdb) pour un solde moyen de 22 440 $ (+1 %). Les prêts hypothécaires connaîtront également une légère hausse, pour s’établir à 0,56 % au 4e trimestre 2018 et un solde moyen de 239 056 $.

… sauf pour les cartes de crédit, en légère hausse

Les cartes de crédit à utilisation générale se distingueront avec une progression plus importante sur un an au 4e trimestre 2018 (+61 pdb), atteignant 3,63 % au cours des 3 derniers mois de 2018. Le solde moyen se situera à 4 220 $ (+1,6 %).

Cette évolution serait attribuée à l’accroissement des taux d’intérêt globaux et à la décélération de l’économie nationale. Par ailleurs, les prêteurs ont délivré davantage de cartes à leurs clients afin de favoriser l’accès au crédit à la consommation d’un plus grand nombre de consommateurs. Ils restent toutefois confiants quant au niveau du taux de défaillance.

TransUnion conclut également de précédentes études qu’en cas de difficultés financières, les ménages canadiens soldent en priorité leur emprunt immobilier afin de préserver leur bien.

Les prêts auto suivent, reléguant le remboursement des dettes de carte de crédit au dernier rang, ce qui pèse sur les taux de défaut de paiement sur ces dernières, contrairement aux autres segments.

Les prêts auto et les marges de crédit, principaux piliers de l’activité

Avec l’essor du marché automobile (2 millions de véhicules vendus sur l’année), le nombre de nouveaux crédits souscrits et le solde moyen ont fortement augmenté.

Au troisième trimestre 2017, par rapport à la même période en 2016, les établissements financiers ont distribué 9,4 % de prêts auto supplémentaires et le solde moyen a grimpé à 20 160 $ (+1,5 %). En parallèle, le taux de défaut de paiement grave est passé à 1,93 % (+9 pdb).

Les Canadiens ont aussi été plus nombreux à accéder à une marge de crédit (+1,76 %), les marges nouvelles ayant crû plus rapidement que les marges existantes (6,4 % contre 2,7 %). Cette augmentation est due principalement aux 3,7 % d’augmentation des souscriptions effectuées par les « Super Prime », profil associé au niveau de risque le plus faible.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top