Menu Crédit consommation

USA : ventes record d'automobiles à coup de subprimes

Voiture peint du drapeau américain

En 2015 le marché automobile aux États-Unis a renoué avec des ventes record, entraînant un nombre de prêts toxiques qui rappelle la crise des subprimes de 2008.

L'Empire contre-attaque

Après des années de crise, le Salon automobile de Detroit vient d'ouvrir ses portes en fanfare : la puissance industrielle américaine affiche ses muscles et le « Made in America » part à la reconquête du marché automobile.

Avec presque 17,5 millions de véhicules vendus, 2015 a été une année record en termes de ventes et la bannière étoilée flotte de nouveau fièrement dans le ciel de Detroit. Pour preuve, General Motors, qui s'était déclaré en faillite en 2009 à cause de la crise des subprimes, vient d'investir 13 milliards de dollars pour relancer la mythique marque Cadillac.

Entre 2009 et 2015, les ventes du marché américain ont fait un bond de 68 %. Avec la chute du prix du pétrole et le retour de la croissance, cette tendance devrait se maintenir, d'autant que les Américains doivent renouveler leur parc automobile vieillissant et semblent privilégier les pickups d'outre-Atlantique.

Le retour des subprimes

Seule ombre au tableau, et de taille, la croissance inquiétante des prêts à risque, les subprimes, accordés pour financer toutes ces voitures.

Culture USIl est en effet de tradition aux États-Unis d'acheter sa voiture à crédit, et cela concerne 80 % des ventes.

Bien que les organismes de crédit soient dans l’obligation de vérifier la solvabilité de leurs clients avant de leur accorder un prêt auto, certains emprunteurs peuvent se retrouver en difficulté, l'opération rentre ainsi dans la catégorie des prêts à risque, voire toxiques.

Au printemps 2014, l'agence Standard & Poor's estimait déjà qu'un crédit auto sur quatre pouvait être qualifié de subprime. Un an plus tard, la Coface considérait que ce chiffre avait doublé.

RisqueAutrement dit, les ventes automobiles explosent aux USA, mais on ne sait pas si les clients vont pouvoir les rembourser.

Le syndrome de la « bulle » qui explose réapparaît donc et inquiète de nombreux analystes, y compris la Réserve fédérale. Seule petite lueur d'espoir, les montants en jeu dans ces subprimes sont beaucoup plus faibles que les prêts immobiliers de la crise de 2008.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top