Menu Assurance de prêt

Coût de l'assurance de prêt immobilier - Différences entre les banques et les autres établissements

SOMMAIRE

Offre standardisée vs Offre personnalisée

Différence entre les établissements financiersL’offre de groupe des banques repose sur une mutualisation des risques, c’est-à-dire qu’ils sont regroupés et lissés. Elle comporte des garanties standards et le tarif est unique pour tous les assurés, quel que soit leur profil. Toutefois, les personnes ayant des problèmes de santé particuliers peuvent se voir appliquer une surprime ou une limitation des garanties.

Le principal avantage de ce type de formule est que le contrat est facile à mettre en place, sans formalités complexes et avec moins de frais de gestion. Mais cette solution n’est pas intéressante pour tous, notamment pour les personnes jeunes et bien portantes et non-fumeurs qui partagent le risque avec les personnes plus âgées et plus médicalisées, des personnes exerçant une profession à risque, ou présentant des problèmes de santé, etc.

À l’inverse, les assurances déléguées des assureurs spécialisés dans le crédit immobilier misent sur la personnalisation. L’objectif des compagnies est d’offrir aux assurés une couverture parfaitement adaptée à leurs besoins à un tarif plus attractif.

Elles tiennent compte de toutes sortes de critères : sexe, âge, état de santé, situation personnelle et professionnelle, sports pratiqués et activités extraprofessionnelles, mais aussi le type de projet à financer (achat résidentiel ou achat locatif) et bien entendu, l’importance du montant du prêt à assurer.

Le gain sur la cotisation d’assurance (parfois jusqu’à 50 % !) permet une baisse notable des mensualités de crédit. Rapportée à la durée totale du prêt, l’économie potentielle peut se chiffrer à plusieurs milliers d’euros.

Dans le cadre de leur politique commerciale, les banques peuvent consentir à une remise sur le taux d’assurance afin de garder un service complet pour ce client, mais cette option reste toujours moins économique que la délégation.

Estimations des économies possibles

Economie possible selon les differents profils

Les quelques estimations suivantes montrent l’avantage financier d’une assurance déléguée, en se basant sur un capital emprunté de 200 000 euros :

1 Célibataire non-fumeur et cadre de moins de 30 ans

Ces profils qui s’engage pour 15 ans peut négocier au mieux 0,27 % de taux d’assurance auprès de sa banque, alors qu’un assureur tiers peut lui accorder jusqu’à 0,11 %. Sur la durée totale du crédit, l’économie s’élève à 4800 euros.

2 Candidat à la propriété célibataire fumeur non-cadre âgé de moins de 30 ans

Si ce profil s’endette pour 20 ans, il se verra facturer 0,27 % par sa banque au titre de l’assurance emprunteur, quand une société spécialisée réclamera 0,17 %, lui permettant de payer 4000 euros en moins sur le total.

3 Acquéreur âgé de 40 ans

Le profil de cet acquéreur varie. S’il est célibataire non-fumeur et cadre, un emprunt sur 15 ans sera protégé par une assurance à un taux de 35 % via sa banque, tandis qu’une compagnie spécialisée peut lui offrir 0,22 %. Le gain sur le coût de l’assurance de prêt immobilier serait alors de 3900 euros.

4 Célibataire fumeuse non-cadre

Si ce profil contracte un prêt sur 20 ans, la banque peut octroyer une assurance à 0,35 % contre 0,38 % par le biais d’un assureur externe. Le contrat groupe représente la meilleure option, une formule individualisée revenant 1200 euros plus chers.

En revanche, à partir de 45 ans, fumeur ou non, cadre ou non, le contrat de groupe de la banque reste dans la quasi-totalité des cas la solution la plus avantageuse. Mieux vaut ne pas prendre le risque de payer des surcoûts et de se perdre du temps dans de longues formalités.

Le contrat mutualisé permet par exemple de gagner 5200 euros pour un célibataire fumeur non cadre. Pour un crédit sur 20 ans, il peut en effet obtenir 0,35 % auprès de son banquier, quand un assureur spécialisé lui accordera au mieux 0,48 %.

Conclusion

Pour l’heure, les efforts d’ouverture à la concurrence n’ont pas eu l’effet escompté. Les banques ont toujours la mainmise sur ce secteur, puisque seulement 35 % des emprunteurs immobiliers optent aujourd’hui pour une. Pourtant, ils ont tout à y gagner !

Les banques l’ont d’ailleurs bien compris. Aussi, même si les assureurs multiplient les actions pour séduire les emprunteurs et prendre des parts de marché aux banques, celles-ci se défendent en proposant également de plus en plus de contrats individualisés segmentés par catégories d’âge.

Assurance de prêt
Etude gratuite et sans engagement

Notre comparateur sélectionne l'assurance crédit immobilier la plus adaptée à votre profil et au meilleur tarif

Comparez les devis d'assurance de prêt gratuitement
Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top