Partager : 

Bâtiment Basse Consommation : évitez l’effet rebond !

95283473Avec la mise en place des différents dispositifs visant à améliorer la performance énergétique des immeubles et des logements, le gouvernement souhaite réduire la consommation énergétique des ménages afin de mieux maîtriser l’énergie. C’est également une mesure qui devrait aboutir à la construction d’un nombre croissant d’habitations écologiques. Néanmoins, même si les logements sont bien performants sur le plan énergétique, les consommateurs doivent adopter certains comportements pour éviter l’effet rebond.

Qu’est-ce que l’effet rebond ?

L’effet rebond est le fait pour un ménage, qui habite une maison performante sur le plan énergétique, d’augmenter sa consommation et de ce fait, d’annuler les économies d’énergie enregistrées. Les membres du ménage peuvent avoir tendance à sur-utiliser leurs appareils domestiques ou à consommer plus en ayant à l'esprit que leur maison est basse consommation, et donc, penser ne pas courir le risque de faire exploser leurs factures.

Le raisonnement tient sur la base suivante : augmenter la fréquence et l’intensité d’utilisation d’un appareil (comme le chauffage par exemple), car il consomme moins d’énergie. D’après le Centre d’analyse stratégique, il est tout à fait possible de perdre entre 5 % et 50 % des gains d’énergie à cause de l’effet rebond. Il existe néanmoins de bons gestes à adopter pour éviter l’effet rebond.

Les bons gestes à adopter pour éviter l’effet rebond

Afin de mobiliser les particuliers sur l’utilité de réduire leur consommation énergétique, le Centre d’analyse stratégique compte mener des actions de sensibilisation grâce à la publication régulière d’informations. Par ailleurs, ce centre estime qu’il est possible de modifier le comportement des consommateurs grâce aux solutions suivantes :

  • L’organisation de concours visant à récompenser les immeubles, les familles ou les communes qui ont réalisé les meilleures économies d’énergie.
  • Informer les propriétaires de logements anciens qui ont mené des travaux des économies qu’ils devraient enregistrer après les rénovations thermiques. Une note d’information devrait accompagner leur facture d’électricité, de gaz ou de fuel et ils devront aussi être au courant des pertes d’économie avec l’effet rebond.
  • Informer les habitants de logements neufs de leur consommation escomptée par rapport à la consommation d’une famille économe de même taille.
  • Informer tous les ménages sur les économies qu’ils pourraient enregistrer en utilisant des appareils plus performants sur le plan énergétique.

Actualités

Une avalanche de crédits auto aux États-Unis fait craindre une possible nouvelle crise financière

Les établissements financiers américains sont en train de distribuer des crédits auto pour des montants records. Certains experts craignent que cette frénésie n’entraîne une nouvelle crise des subprimes.

Ventes abusives de produits d’assurance-crédit par les banques britanniques : la liste s’allonge

Après les quatre principales banques du pays, la National Australia Bank, à travers sa filiale Clydesdale and Yorkshire, se retrouve dans le collimateur de l’autorité financière britannique (FSA). En cause : des affaires de ventes forcées d’assurance emprunteur ou de PPI (payment protection insurrance) avaient ébranlé la banque.

Comment économiser sur le coût de son crédit immobilier ?

En France, le crédit est considéré comme un produit d’appel, c’est-à-dire que les banques pratiquent des taux très accessibles, quitte à ne réaliser aucune marge sur les intérêts, pour se rattraper sur les frais bancaires. Et ces derniers vont venir grever la facture et alourdir considérablement le coût total du crédit. Voici quelques pistes pour réduire la note.

Le marché stagne malgré des prêts immobiliers à taux exceptionnellement bas

Pour tous les candidats à la propriété immobilière, le moment est idéal pour un investissement, car les taux d’intérêts de prêt immobilier n’ont jamais été aussi faibles. En juillet, ils sont même descendus à leur plus bas niveau historique depuis les années 40, atteignant 2,70 %. Pourtant, les transactions peinent à décoller. Le point.

Liens sponsorisés